Tennis: Gasquet n’avait plus d’essence, Joao Sousa rejouera une finale à Genève
Actualisé

TennisGasquet n’avait plus d’essence, João Sousa rejouera une finale à Genève

Sept ans après sa défaite face à Bellucci, le Portugais aura une deuxième chance de remporter le Gonet Geneva Open, samedi face à Casper Ruud. Il a dominé un Gasquet amoindri (6-2, 6-2).

par
Mathieu Aeschmann
Joao Sousa est en pleine forme physique et il aime Genève. Casper Ruud devra s’en méfier en finale samedi. (Photo Bastien Gallay / Lafargue Photos Sports)

Joao Sousa est en pleine forme physique et il aime Genève. Casper Ruud devra s’en méfier en finale samedi. (Photo Bastien Gallay / Lafargue Photos Sports)

PHOTO BASTIEN GALLAY / LAFARGUE PHOTOS SPORTS

Sept ans après, João Sousa retrouvera la finale du Gonet Geneva Open. Impressionnant de résilience jeudi soir face à Ivashka (7-5, 7-5, en revenant deux fois d’un break de retard), le Portugais n’a pas eu besoin de puiser au fond de ses impressionnantes ressources, vendredi, pour écarter Richard Gasquet (6-2, 6-2). Un break rapide puis une forme d’emprise physique sur l’échange ont en effet très vite révélé les limites physiques du Français, lequel n’avait plus l’énergie nécessaire pour distiller ce tennis délicat qui a enchanté le public genevois tout au long de la semaine.

«Aujourd’hui, j’étais très tranquille car je pense avoir fait tout juste sur le plan tactique, se félicitait João Sousa à la sortie du court. Même si je n’avais jamais rencontré Richard en tournoi, nous nous sommes souvent entraînés ensemble. Et j’avais un plan très clair qui a parfaitement marché.» S’il fallait le résumer, on dirait que le Portugais a trouvé le bon équilibre en prenant la direction de l’échange sans jamais forcer son tennis. Et comme la balle de Richard Gasquet avait perdu 1,50 m de longueur, le Portugais pouvait distribuer son tennis d’usure, plus généreux que génial. Jusqu’à l’épuisement adverse.

À un seul moment, «Richie» diffusa l’idée d’une révolte (2-4). Mais le Français ne put convertir les balles de break qui auraient peut-être relancé la première manche. Après 75 minutes d’un combat déséquilibré, João Sousa pouvait donc filer sous la douche pour préparer sa demi-finale du double. «C’est important pour mon coéquipier (Francisco Cabral). Je vais essayer de m’amuser et on verra comment je me sens demain.» Demain, donc samedi, le Portugais recevra donc une deuxième chance de lever le trophée à Genève, sept ans après sa défaite face à Thomaz Bellucci.

«C’est beau de rejouer une finale ici. J’aime le tournoi. J’aime les gens, la nature, Genève. J’avais très bien joué toute la semaine en 2015. Mais malheureusement, ça n’avait pas suffi. Samedi, j’aurai une autre chance. Après, je sais à quel point Ruud est fort sur terre. Ce sera compliqué mais je vais tout donner.» On peut lui faire confiance. Et pour rappel, João Sousa a déjà conquis un titre cette saison. C’était à Pune début février. Preuve que le Portugais sait aussi gagner une finale.

Votre opinion

3 commentaires