31.08.2020 à 10:39

RestaurationGastroVaud demande des chaufferettes et des terrasses «étendues»

L’association des cafetiers-restaurateurs demande aux autorités communales des mesures pour prolonger la consommation sur les terrasses cet automne, à l’heure où l’inquiétude grandit dans le secteur.

La marche des affaires des restaurants va sensiblement diminuer, avec l’arrivée de journées fraîches et pluvieuses.

La marche des affaires des restaurants va sensiblement diminuer, avec l’arrivée de journées fraîches et pluvieuses.

Keystone

GastroVaud lance un appel aux autorités communales. L’association des cafetiers-restaurateurs souhaite qu’elles favorisent l’installation de chaufferettes «durables» et prolongent les extensions de terrasses.

La marche des affaires des restaurants va sensiblement diminuer, avec l’arrivée de journées fraîches et pluvieuses, doublée d’une situation sanitaire incertaine, écrit GastroVaud lundi dans un communiqué. En outre, le terme fixé au 22 septembre pour l’achat de bons Welqome diminuera de facto la consommation dans les restaurants vaudois.

C’est pourquoi GastroVaud invite les communes à prolonger la durée d’exploitation des terrasses «étendues» durant les trois prochaines saisons d’automne, d’hiver et de printemps. Elles sont nécessaires à la fois pour maintenir l’attractivité des restaurants et pour compenser les pertes de capacité et de chiffre d’affaires causées par la règle du 1,5 mètre entre les tables, écrit l’association.

Électricité et durabilité

GastroVaud invite en outre le Conseil d’État et les députés à modifier la loi cantonale sur l’énergie, en cours de révision. Il s’agit d’autoriser la réintroduction des chaufferettes électriques lorsque du courant 100% renouvelable est disponible.

Si ce dernier n’existait pas lorsque les chaufferettes électriques ont été interdites, il en va en effet différemment aujourd’hui, relève l’association. À titre d’exemple, l’offre Nativa de la Ville de Lausanne, qui propose un mix d’énergies solaire photovoltaïque, éolienne et hydraulique, démontre qu’électricité peut rimer avec durabilité.

Discussions lausannoises

GastroVaud demande par ailleurs aux communes de renoncer à la perception des taxes d’utilisation du domaine public pour cette période. Mais aussi de faciliter les éventuelles procédures d’autorisation de chaufferettes à pellets, seules tolérées aujourd’hui par la loi cantonale sur l’énergie

Des discussions avancées sont d’ailleurs en cours entre GastroVaud et le municipal de l’Économie lausannois, Pierre-Antoine Hildbrand. L’objectif est de dessiner une offre conciliant à la fois les impératifs économiques, sanitaires et environnementaux actuels, précise GastroVaud.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!