12.11.2015 à 08:01

Services à bordGategroup a repris de la hauteur au 3e trimestre

Le groupe basé à Zurich estime que sa nouvelle stratégie livre ses premiers fruits en termes d'efficacité et de rentabilité.

ARCHIVES, Keystone

Malgré une performance positive sur le seul 3e trimestre, Gategroup a essuyé une perte nette de 55,1 millions de francs, contre un bénéfice net de 30,6 millions à fin septembre 2014.

La perte nette attribuable aux actionnaires s'est quant à elle inscrite à 56,3 millions de francs, contre un profit net de 29,3 millions de janvier à fin septembre 2014, a indiqué jeudi l'entreprise établie à Zurich. Pour le seul 3e trimestre, Gategroup a cependant affiché des chiffres noirs, même si son bénéfice net s'est contracté de 37,1 à 32,4 millions en l'espace d'un an.

Hors éléments exceptionnels, soit essentiellement des charges de restructuration, l'ex-filiale de feu Swissair a affiché après neuf mois un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 5,3 millions de francs, contre 29,3 millions un an auparavant. Gategroup, qui se trouve depuis bien trois ans en phase de transformation, a adopté durant l'été une nouvelle stratégie baptisée «Gateway 2020» visant à réduire les coûts d'exploitation.

En «bonne voie», l'opération, qui passe notamment par une simplification des structures, s'est traduite par la suppression de près de 150 emplois - essentiellement au niveau de l'encadrement - sur les quelque 300 que l'entreprise a prévu de biffer d'ici la fin 2016, rappelle le spécialiste des plateaux-repas. Le groupe emploie près de 27'800 salariés dans 32 pays.

Impact des charges de restructuration

Au niveau opérationnel, le résultat d'exploitation avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) s'est fixé à 98,4 millions de francs après neuf mois, 23,5% de moins qu'un an auparavant. Ajusté des charges de restructuration, le repli n'atteint plus que 2,5% à 125,4 millions.

De juillet à fin septembre, l'excédent brut d'exploitation s'est en revanche légèrement étoffé, soit de 0,9% à 68,6 millions de francs, à la faveur des premiers effets du plan «Gateway 2020». Hors effets de change, l'EBITDA s'est hissé à 73,5 millions, 8,1% de plus que durant le 3e trimestre 2014.

Les revenus sont quant à eux demeurés relativement stables, tant après neuf mois en 2015 qu'au cours du trimestre sous revue. De janvier à fin septembre, Gategroup a dégagé un chiffre d'affaires de 2,23 milliards de francs, en baisse de 0,8%. A taux de change constants, les ventes ont progressé de 2,6% à 2,31 milliards.

Sur le 3e trimestre, les recettes se sont inscrites à 818,6 millions de francs, 1,2% de moins qu'une année auparavant. Hors effets de change, elles ont progressé de 3,4% à 857 millions.

Envol du titre

La performance d'ensemble s'est révélée conforme aux attentes des analystes consultés par l'agence awp, même si la perte nette a quelque peu dépassé le montant moyen de 55,8 millions prévu. Les investisseurs ont eux apprécié, l'action Gategroup s'envolant vers 10h30 à la Bourse suisse de 4,26% à 37,95 francs, dans un marché élargi dont l'indice Swiss Performance Index (SPI) lâchait 0,20%.

Dans le détail, la région Europe, Moyen-Orient, Afrique (EMEA), laquelle génère près de la moitié des revenus du groupe, a vu son chiffre d'affaires après neuf mois se tasser de 6,6% à 1,08 milliard de francs. Outre la vigueur du franc, le repli reflète également l'optimisation du portefeuille de contrats.

En Amérique du Nord, Gategroup a en revanche bénéficié de l'appréciation du dollar américain, ses ventes bondissant de plus de 10% à 776, 4 millions de francs. La croissance s'est révélée plus modeste en Amérique latine, les revenus progressant de 5,5% à 163,6 millions. Dans la région Asie-Pacifique, ils ont chuté de 9,3% à 219,8 millions.

Dette refinancée

Dans son communiqué, Gategroup signale en outre avoir signé un accord de refinancement de sa dette, via un crédit de 250 millions d'euros (269 millions de francs). La mesure doit permettre à la société de réduire ses charges d'intérêts à 10 millions de francs, contre 26 jusqu'alors.

Evoquant la suite de l'exercice, Gategroup fait preuve d'une grande prudence, la direction renonçant à présenter des prévisions chiffrées.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!