Hockey sur glace - GE Servette s’effondre contre Bienne
Actualisé

Hockey sur glaceGE Servette s’effondre contre Bienne

Les Aigles ont pris cinq buts en toute fin de troisième période. Bienne fait un gros pas vers les play-off.

par
Grégoire Surdez
Yannick Rathgeb vient de renverser la vapeur aux Vernets. C’est la joie pour Bienne et la déception des Servettiens… 

Yannick Rathgeb vient de renverser la vapeur aux Vernets. C’est la joie pour Bienne et la déception des Servettiens…

ERIC LAFARGUE

Un scénario complètement renversant a envoyé les Aigles au purgatoire. Alors qu’ils ont mené au score pendant 58 minutes, le monde grenat s’est écroulé en trente secondes contre des Biennois qui font un pas gigantesque vers une qualification pour les play-off. Et pourtant…

Comme on pouvait l’imaginer, le match est parti sur des bases très intenses. Dans cette sorte de finale pour la sixième place, Genève-Servette et Bienne ont abordé la première période avec beaucoup de sérieux et de rigueur. Corollaire: les deux gardiens ont eu peu de travail. C’est finalement Bienne qui a gâché la plus belle occasion de prendre l’avantage en négociant assez maladroitement une séquence de double supériorité numérique de 1 minute et 42 secondes. Ce premier but qui a toute son importance dans ce genre de match est venu non pas de la crosse mais bien du patin de Linus Omark. Un coup vache pour des Seelandais qui ont cru que les arbitres annuleraient le but après visionnage des images. Le mouvement de Linus Omark ressemblait davantage à une reprise d’appuis qu’à un kick clair et net.

Linus Omark avait ouvert le score pour les Genevois.

Linus Omark avait ouvert le score pour les Genevois.

ERIC LAFARGUE

Il était assez évident que cette soirée ne serait pas celle des artistes et des arabesques. La seconde période a ressemblé comme une goutte d’eau au tiers initial. Les défenses et les gardiens ont pris le pas sur les attaquants. Chacune des deux équipes a aussi laissé passer des opportunités en supériorité numérique. Si le tableau d’affichage n’a pas évolué, la tension, elle, est clairement montée d’un cran.

Dans l’irrationnel

C’est donc sur vingt minutes, les dernières de la soirée, qu’une partie de la saison de Bienne et GE Servette s’est jouée. Les Aigles auraient donc pu se crisper et s’accrocher à ce tout petit but d’avance. Mais ils ont plutôt choisi de pousser sur l’accélérateur. Ou tout du moins de ne pas reculer. Une tactique qui a fonctionné jusqu’au tir rageur et égalisateur de Beat Forster à deux minutes et trente secondes du terme. De quoi faire basculer le match dans l’irrationnel.

Contraint de s’imposer dans le temps réglementaire, Bienne a alors sorti son gardien, inscrivant le 2-1 par Rathgeb 12 secondes plus tard. Le 3-1? Il est arrivé sur le shift suivant par Fabio Hofer. Une descente aux enfers pour des Genevois qui se sont liquéfiés en moins de trente secondes.

Tout se jouera lundi

Tout se jouera donc lundi. Et c’est donc Bienne qui aura son destin en mains. Une victoire à Zoug fera son bonheur. Et le malheur des Aigles qui, même s’ils gagnaient contre un Lugano euphorique, ne maîtriseraient alors plus leur destin

GE Servette – Bienne 1-5 (1-0 0-0 0-5)

Les Vernets, huis-clos.

Arbitres: MM. Hebeisen et Fluri; Obwegeser/Progin.

Buts: 18e Omark (Tömmernes) 1-0. 58e (57’29) Forster 1-1. 58e (57’41) Rathgeb (à 6c5) 1.2. 59e (58’04) Hofer 1-3. 59e (5’06) Kohler (5c6 but vide) 1-4. 60e Moser (Komarek à 5c4) 1-5.

GE Servette: Descloux; Jacquemet, Tömmernes; Karrer, Le Coultre; Völlmin, Smons; Guebey; Moy, Fehr, Miranda; Vouillamoz, Winnik, Omark; Patry, Richard, Vermin; Montandon, Kast, Berthon; Smirnovs.

Bienne: Van Pottelberghe; Stampfli, Moser; Lindbohlm, Rathgeb; Forster, Fey; Sartori, Jaquet; Brunner, Pouliot, Trettenes; Hofer, Komarek, Ulmer; Kessler, Cunti, Künzle; Kohler, Gustafsson, Augsburger.

Pénalités: 4 x 2’ contre Genève-Servette. 3 x 2’ contre Bienne.

Notes: GE Servette sans Rod, Mercier, Maurer (blessés), Riat, Asselin, M. Montandon ni Fristche (surnuméraires). Bienne sans Lüthi, Lindgren, Fuchs (blessés) ni Hischier (malade).

Votre opinion