Actualisé 12.04.2014 à 01:34

RAPPELSGeneral Motors: certains problèmes étaient connus

La patronne de GM était informée de certains problèmes plus de deux ans avant le rappel des véhicules. Le constructeur automobile américain fait l'objet d'une triple enquête.

Mary Barra était lors de la sortie de ces informations vice-présidente en charge du développement des produits.

Mary Barra était lors de la sortie de ces informations vice-présidente en charge du développement des produits.

AFP

La patronne de GM était informée de certains problèmes touchant des véhicules impliqués dans des accidents ayant fait 13 morts plus de deux ans avant leur rappel en Amérique du nord, a révélé vendredi le Congrès. Le constructeur automobile américain fait l'objet d'une triple enquête.

Les élus américains ont publié un courriel interne envoyé par un ingénieur du groupe le 3 octobre 2011 à Mary Barra, qui était alors vice-présidente en charge du développement des produits.

Des problèmes de direction assistée

Ce courrier mentionne un article du New York Times évoquant une procédure de l'agence américaine de sécurité routière (NHTSA) concernant des problèmes de direction assistée que rencontrait alors un modèle du groupe, la Saturn Ion. A la même époque, GM venait de rappeler des Chevrolet Cobalt et Pontiac G5 pour un problème similaire.

Plus de deux ans plus tard, à la fin mars 2014, GM rappelait des Saturn Ion (2004-2007) et des Chevrolet Cobalt (2010) pour un problème de direction assistée.

2,6 millions de véhicules rappelés

Les mêmes Chevrolet Cobalt et Saturn Ion font partie des 2,6 millions de véhicules sur lesquels GM a détecté un défaut du commutateur d'allumage empêchant les airbags de se déployer.

Ce problème a été lié à une trentaine d'accidents qui ont provoqué la mort de 13 personnes, ce qui vaut à General Motors d'être au centre d'une triple enquête, du département de la Justice, de l'agence américaine de sécurité routière NHTSA et du Congrès.

Deux problèmes complètement distincts

Ce courriel «porte sur un problème de direction assistée, une question complètement distincte des rappels concernant le commutateur d'allumage», a réagi GM dans un communiqué. Il ne «contredit nullement les déclarations précédentes de Mary Barra ni son témoignage devant le Congrès», ajoute le constructeur.

Lors de son audition devant le Congrès les 1er et 2 avril dernier, Mary Barra a affirmé n'avoir été mise au courant du défaut du commutateur d'allumage qu'en décembre dernier. Il ne lui avait pas été demandé si elle était informée d'autres problèmes mécaniques.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!