Publié

Elections fédéralesGenève s'anime autour des sièges laissés vacants par la gauche

Les départs de la socialiste Maria Bernasconi et du Vert Ueli Leuenberger représentent une opportunité à saisir et une raison d'espérer un meilleur résultat qu'il y a quatre ans.

Le départ du vert Ueli Leuenberger pourrait faire beaucoup de mal à son parti.

Le départ du vert Ueli Leuenberger pourrait faire beaucoup de mal à son parti.

Keystone

A Genève, la retraite de deux députés de gauche met du piment dans l'élection au Conseil national de cet automne. Vu le contexte, la droite semble a priori mieux armée que sa rivale pour progresser.

La situation de la gauche est d'autant plus délicate qu'elle perd deux locomotives électorales très actives à Berne, avec la socialiste Maria Bernasconi et le Vert Ueli Leuenberger. Pour les autres partis, ces départs représentent une opportunité à saisir et une raison d'espérer un meilleur résultat qu'il y a quatre ans.

Le PLR fait partie de ces formations qui comptent se refaire une santé. Défaits en 2011, avec la perte d'un de leurs trois sièges, les libéraux-radicaux, qui ont aujourd'hui digéré leur fusion, sont actuellement sur une pente ascendante et ils espèrent bien poursuivre sur leur lancée.

PDC requinqué

Le PDC affiche aussi ses ambitions. Les démocrates-chrétiens genevois n'ont à ce jour qu'un élu à Berne. Ils ont toutefois obtenu de bons résultats lors des élections cantonales de 2013 avec l'envoi de deux représentants au Conseil d'Etat. Dans ces conditions, la conquête d'un deuxième siège ne leur paraît pas un but inatteignable.

L'appétit est également grand du côté de la droite dite dure. Le Mouvement citoyens genevois (MCG), deuxième parti du canton avec près de 20% de l'électorat, avait réussi, en 2011, à envoyer un représentant sous la Coupole. Quatre ans après, il n'est pas impossible qu'il puisse décrocher un deuxième siège.

Si l'UDC n'a pas le même poids à Genève que dans d'autres régions de la Suisse, elle demeure néanmoins une formation incontournable lors des élections fédérales, car elle peut s'appuyer sur une solide machine électorale nationale. Elle compte profiter de cet avantage pour conserver ses deux sièges.

Espoir à gauche de la gauche

La gauche de la gauche se montre également ambitieuse, elle qui a souvent été minée par les dissensions qui lui ont coûté cher, a réussi pour une fois à fédérer ses forces. Ensemble à gauche espère donc logiquement revenir à Berne. La formation n'y a plus de représentant depuis 2007.

Chez les Verts et les socialistes, l'optimisme est moins de rigueur. Les écologistes ont subi récemment plusieurs revers électoraux et craignent pour l'un de leurs deux sièges, d'autant qu'Ueli Leuenberger ne sera plus là pour tirer la liste. Du côté des socialistes, le problème est assez similaire.

Le parti à la rose n'a récolté que 14,33% des suffrages lors des cantonales de 2013. En 2011, il avait cependant ravi trois sièges au Conseil national. Un rééquilibrage selon la force électorale réelle n'est donc pas impossible. Le départ de Maria Bernasconi ne va par ailleurs pas faciliter la tâche des socialistes dans leur mission.

Une élection à deux tours au Conseil des Etats

Au Conseil des Etats, l'élection devrait se jouer pour la première fois depuis très longtemps en deux tours. La nouvelle Constitution cantonale a en effet modifié le mode de scrutin. Il faut dorénavant obtenir plus de 50% des suffrages pour être élu, contre 33% auparavant.

En 2011, ni la socialiste Lilianne Maury Pasquier, ni le Vert Robert Carmer, qui se représentent tout deux, n'avaient obtenu la majorité absolue. Il est donc peu probable qu'ils y parviennent cet automne. Les sortants devront selon toutes vraisemblances batailler dans un second tour pour conserver leurs sièges.

En fonction des alliances qui se formeront alors, il est envisageable que la droite arrive à ravir un siège à la gauche, voire à l'éjecter de la Chambre des cantons. Une grande partie du résultat dépendra de l'attitude du MCG et de l'UDC lors du deuxième tour.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!