Manifestation – Genève se mobilise contre la «ségrégation vaccinale»
Publié

ManifestationGenève se mobilise contre la «ségrégation vaccinale»

Face au fossé vaccinal qui s’est créé entre pays riches et pays pauvres, toute la gauche genevoise appelle à descendre dans la rue pour demander la levée des brevets. À leur tête, la conseillère nationale Stefanie Prezioso (EàG/GE).

par
Eric Felley
Pour Stefanie Prezioso (EàG/GE), les pays riches ont échoué à instaurer un accès équitable aux vaccins contre le Covid-19 en faveur des pays pauvres.

Pour Stefanie Prezioso (EàG/GE), les pays riches ont échoué à instaurer un accès équitable aux vaccins contre le Covid-19 en faveur des pays pauvres.

DR

«Très vite, l’égoïsme national a pris le dessus, les pays riches, dont la Suisse, ont acquis beaucoup, beaucoup de doses et les pays du Sud se sont retrouvés totalement démunis». La conseillère nationale Stefanie Prezioso (EàG/GE) fait le constat aujourd’hui que la bataille pour un accès équitable au vaccin contre le Covid dans les pays pauvres a échoué: «Dans un article du Monde publié au mois d’août, ajoute-t-elle, un chercheur a établi qu’il faudrait 57 ans dans certains pays pour obtenir la même couverture vaccinale que dans les pays occidentaux aujourd’hui».

Contre le mur du profit

La question de la levée des brevets pour permettre un transfert des technologies a été au centre des discussions internationales au printemps. Malgré les déclarations apparemment favorables de Joe Biden ou d’Emmanuel Macron, aucune décision dans ce sens n’a été prise lors de la 73e assemblée de l’OMS en mai dernier. En Suisse, la question ne s’est pas vraiment posée: «Le Conseil fédéral ne veut pas en entendre parler, déplore la politicienne genevoise. La Suisse participe au programme de distribution internationale COVAX, mais celui-ci a largement échoué contre le mur des égoïsmes nationaux et du profit».

Au moment où siège l’OMC

Les 13 et 14 octobre va siéger à Genève le Conseil des aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) de l’OMC. C’est cette instance qui peut faire avancer la question de la levée des brevets. À cette occasion, de nombreux mouvements genevois appellent à descendre dans la rue le 13 octobre à la rue du Mont-Blanc dès 18 heures: Ensemble à Gauche, Résistons, SolidaritéS Genève, Parti du travail, Les Verts, le Parti socialiste, le SIT Syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs, Unia, Syna ou encore Avenir Syndical. Ils pourront compter sur la présence de l’association «Collectif Brevets sur les vaccins anti-Covid stop, Réquisition», qui regroupe une cinquantaine d’ONG européennes, qui luttent pour la cause.

L’Afrique vaccinée à 3%

Le collectif sera représenté par le médecin Frank Prouhet qui participera à une conférence à la Maison internationale des associations après le cortège. Dans un communiqué paru à fin septembre, le groupement déplore l’hypocrisie qui a prévalu dans ce domaine: «Malgré toutes les belles paroles des maîtres de ce monde, la fracture vaccinale entre les pays riches et les pays pauvres ne fait que se creuser face au Covid. En achetant à prix d’or des vaccins pourtant rendus possible grâce aux milliards d’euros et de dollars de subventions publiques, les pays riches ont réussi à vacciner autour de 80% de leur population. Ils s’engagent même dans une troisième dose vaccinale. Pendant ce temps l’Afrique a à peine pu vacciner 3%…»

Pour le collectif, la levée des brevets et les transferts de technologie permettraient de monter à court terme des chaînes de production dans de nombreux pays et de répondre à l’urgence sanitaire à laquelle ils sont confrontés. Il s’agit d’atteindre «une vaccination universelle, immédiate et gratuite, bâtie avec les populations, notamment les plus précaires, associée à des investissements massifs dans les systèmes de santé publique, et la promotion des gestes barrières».

Votre opinion

156 commentaires