Circulation: Genève veut faire confiance à ses conducteurs
Publié

CirculationGenève veut faire confiance à ses conducteurs

Pour la première fois hier, 43 carrefours genevois ont passé à l’orange. Des feux clignotants pour fluidifier le trafic dominical? La ville tente le pari après trois ans de phase test.

par
Philippe Clément
Genève compte sur la prudence des conducteurs dans les carrefours où les feux, hors service le dimanche, clignotent pour signaler le danger.

Genève compte sur la prudence des conducteurs dans les carrefours où les feux, hors service le dimanche, clignotent pour signaler le danger.

Christian Bonzon/LMS

Prendre le parti de faire confiance au lieu de vouloir tout contrôler? La démarche est assez rare pour être citée. A fortiori quand on parle de… circulation routière! Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que, en la matière, Genève fait figure de pionnier romand remuant! Ainsi, après avoir permis, depuis août, aux deux-roues d’utiliser certaines voies de bus, la cité du bout du lac applique depuis hier une seconde mesure destinée à fluidifier le trafic: le dimanche, dans 43 carrefours, les feux de circulation passent en mode clignotant. Aux conducteurs de prendre leurs responsabilités et… de respecter la priorité de droite.

Lieux soigneusement choisis

Pour autant, Genève n’est pas devenue une ville «sauvage»: lesdits carrefours ont été soigneusement choisis. Les critères? Les piétons ne doivent pas avoir à y traverser plus de deux voies de circulation dans le même sens, la vitesse doit y être limitée à 50 km/h et la visibilité doit y être parfaite.

De plus, les responsables du Département de l’environnement, des transports et de l’agriculture (DETA) s’appuient sur trois ans de phase de test concluante: depuis 2014, près du quart des feux de signalisation du canton fonctionnent déjà en mode «clignotant» la nuit. Avec des avantages évidents: plus besoin d’attendre «bêtement» une phase verte au carrefour alors qu’aucun autre véhicule n’est en vue, donc fluidification du trafic, diminution des nuisances sonores de moteurs tournant au ralenti et, corollaire, diminution du taux de pollution.

Ce sont en tout cas les conclusions auxquelles sont arrivées les villes alémaniques qui ont montré l’exemple. Zurich avait été une des premières à choisir cette solution nocturne pour simplifier la circulation. Certains organismes, comme le BPA ou le TCS, avaient alors émis des réserves, allant même jusqu’à parler de risque d’augmentation de 40% des dégâts matériels et de 55% des accidents graves. Rien de tout cela ne s’est vérifié!

Durant la phase de test nocturne genevoise aussi, les automobilistes ont apparemment été sensibilisés par l’aspect préventif du feu orange clignotant signalant les risques. Et se sont montrés assez responsables pour conduire de façon adéquate. Pour ne prendre aucun risque inutile, quatre des 43 carrefours choisis garderont leur signalisation active le dimanche matin, tant que la circulation y est encore dense.

«Les automobilistes sont trop assistés, il faut les re-responsabiliser, leur réapprendre à vivre les uns avec les autres»

Luc Barthassat, conseiller d'Etat à la tête du DETA

Votre opinion