Economie: Genève veut séduire les Etats-Unis de Trump
Actualisé

EconomieGenève veut séduire les Etats-Unis de Trump

Une mission économique va se rendre à New York et dans la Silicon Valley pour vanter les conditions-cadres attractives du canton.

New York est au menu des visites de la délégation genevoise.

New York est au menu des visites de la délégation genevoise.

Keystone

Les menaces protectionnistes de l'administration américaine de Donald Trump renforcent la volonté de l'économie genevoise de rassurer et séduire les Etats-Unis. Quel que soit le résultat de la votation sur le RIE III, une mission dirigée par le conseiller d'Etat Pierre Maudet sera menée sur place du 30 avril au 6 mai.

Décidée avant l'élection de Donald Trump, la visite à laquelle participeront les représentants de 25 entreprises genevoises prend une nouvelle signification. «L'orientation prise par la nouvelle administration ne fait que renforcer notre volonté de faire valoir les atouts de Genève», a dit Pierre Maudet, confirmant une information publié par le quotidien Le Temps.

Ce souhait porte sur les relations d'affaires et «surtout» sur la Genève internationale. M. Trump menace de réduire la contribution américaine aux organisations internationales de 40%. Mais le souhait de rapatrier massivement des capacités fiscales aux Etats-Unis est aussi préoccupant, selon le directeur adjoint de la Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève (CCIG) Vincent Subilia.

Aucune rencontre avec l'entourage du nouveau président n'est prévue à ce stade. En revanche, le séjour a été prolongé pour tenter de se réunir avec le nouveau secrétariat général de l'ONU.

Shopping en ligne

Principale priorité, la mission «se veut orientée tant sur l'innovation que sur la reconnaissance envers les entreprises qui ont un ancrage dans notre région», dit M. Maudet. La délégation se rendra à New York et auprès d'entreprises en Californie. Les participants vont notamment visiter un centre commercial actif dans le shopping numérique mais aussi des universités.

Autour de Pierre Maudet se retrouveront des patrons de fintech, du négoce, du luxe, du commerce de détail ou des start-up ou encore des dirigeants de l'Université de Genève. «L'objectif est de leur permettre de s'inspirer» de leurs homologues américaines.

La délégation veut également rassurer les maisons mères d'entreprises présentes à Genève sur les conditions cadres de la place genevoise. Un rejet de la réforme de l'imposition des entreprises (RIE III) ne remettrait pas en cause la visite. Mais il poserait «un problème de crédibilité» dans ce message de stabilisation, admet M. Maudet.

(ats)

Votre opinion