Télévision: Géraldine Maillet évoque «une drague un peu lourde» de la part de PPDA
Publié

TélévisionGéraldine Maillet évoque «une drague un peu lourde» de la part de PPDA

La chroniqueuse de «Touche pas à mon poste» a raconté sa première rencontre avec Patrick Poivre d'Arvor.

Géraldine Maillet a rencontré PPDA à plusieurs reprises.

Géraldine Maillet a rencontré PPDA à plusieurs reprises.

Capture d’écran C8

Moins d’un mois après les accusations et la plainte déposée par Florence Porcel, huit femmes supplémentaires dénoncent dans «Le Monde» les agissements de Patrick Poivre d’Arvor. Le 16 mars, c’est le cœur lourd que l’ex-vedette du «20 heures» de TF1 a échangé avec Bernard Montiel. Alors que Cyril Hanouna avait invité le journaliste à réagir sur le plateau de «Touche pas à mon poste», PPDA a décliné son offre pour rester à son domicile. Le journaliste serait accablé par les accusations dont il fait l’objet. «Il est très triste. Je l’ai appelé ce matin. Il ne fera rien, à part envoyer un communiqué. Il est abattu évidemment.»

Ce soir-là, Baba a tenu à questionner sa chroniqueuse Géraldine Maillet, qui a relaté avoir rencontré à plusieurs reprises l’ex-présentateur. Elle est revenue sur sa première rencontre qui a eu lieu dans l’émission littéraire «Vol de nuit» où elle était venue présenter son premier roman. «Je l’ai rencontré plein de fois. C’était ma première vraie grosse émission de télé pour mon roman. L’émission s’est bien passée et effectivement à la fin de l’émission, il s’est approché de moi d’une manière, disons, cavalière», s’est-elle souvenue.

La compagne du journaliste sportif Daniel Riolo a poursuivi, évoquant une «drague un peu lourde»: «Il m’a dit: «J’ai beaucoup aimé votre livre et j’aimerais vraiment que l’on se revoit.» Je lui ai dit: «Bien sûr, on se reverra à l’occasion de mon deuxième roman.» Et je suis partie. C’était peut-être insistant de sa part, d’autres jeunes filles auraient peut-être pensé que c’était une sorte d’emprise qu’il voulait exercer sur moi, de drague un peu lourde. En tout cas, je l’ai balayé d’un revers de manche. Je n’ai pas vécu ça comme une sorte de traumatisme», a-t-elle relaté avant de conclure: «Après à chaque fois qu’il m’a reçu, il n’a plus du tout été lourd ou insistant. Il n’y a plus eu de problèmes.»

(LeMatin.ch)

Votre opinion