Publié

Hockey sur glaceGerd Zenhäusern défie son oncle ce soir à Malley

Le derby entre Lausanne HC et Viège en demi-finale de LNB aura un petit air de réunion de famille entre Bruno Zenhäusern (assistant de Bob Mongrain) et Gerd Zenhäusern (adjoint de John van Boxmeer).

par
Christian Maillard
Gerd Zenhäusern (adjoint du coach du LHC)

Gerd Zenhäusern (adjoint du coach du LHC)

Keystone

«C'est vrai, je suis un peu le Boubou Richard du HC Viège!» Au bout du fil, Bruno Zenhäusern, homme à tout faire du club de la Litternahalle, est encore détendu, prêt à défier ce soir à Malley, sur le banc d'en face, un certain Gerd Zenhäusern. Son neveu est depuis cette saison, comme lui, assistant. Mais à Lausanne HC, dans l'habit de l'ennemi.

Ce premier derby de ces demi-finales de LNB, revanche de la finale de l'an dernier, prend, du coup, un petit air de réunion de famille; un peu comme lorsque le GE Servette de Louis Matte défie le FR Gottéron de son jumeau René. «Mais cela reste du sport», se marre l'oncle, ex-chef de la police de Viège, qui, en un demi-siècle, a toujours été fidèle au club haut-valaisan. «J'ai toujours considéré Gerd comme mon fils, dans la famille nous sommes très proches » précise l'adjoint de Bob Mongrain, qui n'a rien d'un tonton flingueur. «Quand j'ai décidé de me consacrer au coaching, je lui ai demandé des conseils, sourit le second de John Van Boxmeer. Et durant la saison, lorsqu'on s'est retrouvé à table, on a beaucoup parlé, mais depuis que nous sommes adversaires de ces play-off, on ne s'est pas appelé».

Celui qui a porté le maillot viégeois en juniors élites puis en première ligue quand il avait 17 ans n'a pas peur de passer pour un traître dans sa patrie. «Comme mon fils joue là-bas avec les Moskitos, je suis souvent en Valais », lâche l'adjoint du LHC. « Je ne pense pas que ce sera 4 à 0 comme l'an dernier, renchérit Bruno Zenhäusern, qui avait été champion de LNB en 2011 face au LHC. Les Vaudois ont aujourd'hui plus de caractère, c'est une autre équipe, ça va être autre chose ».

C'est aussi l'avis de son neveu, fils d'Aldo, décédé le 9 janvier dernier. «Je souhaite bonne chance à mon oncle, même si j'espère qu'on gagne tout en produisant du beau jeu. Mon vœu le plus cher est que cette série soit belle, que les gens aient du plaisir à venir à la patinoire. »

Bruno et Gerd Zenhäusern, qui vont se serrer la main tout à l'heure à Malley, n'ont fait aucun pari. Comme l'on dit, que le meilleur gagne.

Ton opinion