Football: Gerson Rodrigues a failli crucifier les Bleus

Publié

FootballGerson Rodrigues a failli crucifier les Bleus

Né à Lisbonne, l'international luxembourgeois n'a pas que des dreadlocks, il a aussi une sacrée pointe de vitesse. Il a touché le poteau à la 79e!

par
R.Ty

Entré à la la 59e minute du match, il symbolise l'exploit du Luxembourg à lui tout seul, ou presque! Alors qu'il ne fêtait que sa sixième cape dimanche à Toulouse, le milieu offensif Gerson Rodrigues (22 ans) a prouvé sa vitesse et son explosivité face à la France.

Dans le dernier quart d'heure du match, alors que les Bleus poussaient tant et plus pour éviter le camouflet, il a fait passer des sueurs froides dans le dos des défenseurs français Sidibé, Koscielny ou Umtiti, qui n'ont parfois vu que ses dreadlocks se balancer dans le vent de sa course, lorsqu'il partait en contre.

Il a failli plonger le Stadium de Toulouse dans la stupéfaction la plus totale à la 79e minute, lorsque, sur le flanc gauche de l'attaque, il est parti en contre, laissant Koscielny sur place, avant d'adresser une petite frappe ouverte de l'intérieur du pied droit qui est allée frapper... la base du deuxième poteau des buts de Hugo Lloris!

Né le 20 juin 1995 dans la banlieue de Lisbonne, Gerson Rodrigues a choisi le bon soir (et les bonnes caméras) pour se révéler. Après un parcours de vie tortueux - élevé par sa grand-mère, il n'a rejoint sa mère au Luxembourg qu'à l'âge de 10 ans -, il s'est surtout signalé par sa nonchalance, voire son indiscipline, dans les clubs qui l'ont accueilli (dont la structure de formation du FC Metz).

Cet été, il a choisi de donner un nouvel élan à sa carrière et de devenir joueur professionnel. Il a en effet quitté le club luxembourgeois de Flora Esch pour s'engager au FC Telstar, club de deuxième division néerlandaise basé dans la ville de Velsen, 20 kilomètres au nord-ouest d'Amsterdam.

En mars dernier, Gerson Rodrigues fêtait sa première sélection A avec le Luxembourg, dont il a choisi de porter le maillot. C'était face à la France, déjà (défaite 1-3). Dimanche soir, il a montré à quel point il avait progressé. Il ne s'en est fallu que de quelques millimètres pour qu'il ne devienne «celui qui battu la France».

Ton opinion