Hockey sur glace: Gilian Kohler: «On ne peut s'en prendre qu'à nous mêmes»
Publié

Hockey sur glaceGilian Kohler: «On ne peut s'en prendre qu'à nous mêmes»

Le jeune Biennois ignore les raisons pour lesquelles lui et ses coéquipiers ont perdu les pédales au deuxième tiers, quand Genève-Servette a forgé son succès vendredi aux Vernets.

par
Christian Maillard
Genève
L'ailier biennois aurait bien aimé fêter un nouveau succès contre Genève.

L'ailier biennois aurait bien aimé fêter un nouveau succès contre Genève.

Keystone

Il fait partie de cette nouvelle génération de hockeyeurs sans complexe qui a débarqué cette saison sur la pointe des pieds mais avec les dents qui rayent la glace. Alors que Deniss Smirnovs (20 ans) et Stéphane Patry (19) se sont régalés ce vendredi soir aux Vernets avec Genève-Servette lors du deuxième tiers, en façonnant le deuxième but, comme en juniors, Gilian Kohler (19 ans, lui aussi) a prouvé qu'il n'était pas en reste dans le camp seelandais. Notamment lors d'une première période où Bienne a surclassé les Genevois. Avec Elvis Schläpfer (18 ans) - le fils de Kevin, le Hockeygott biennois - Janis Moser (19 ans) et Simon Wüest (19 ans), cet attaquant de Sonceboz prend forcément du plaisir dans le Seeland, même s'il a quitté les Vernets frustré.

Gilian, après deux succès contre Genève-Servette cette saison, vous étiez bien partis pour en remporter un troisième. Que s'est-il passé?

Je pense que nous avons manqué le coche au premier tiers où nous avons vraiment très bien joué. Après, j'ignore la raison, mais nous avons un peu perdu les pédales dans notre système de jeu. Et il faut également reconnaître que Genève a su relever la tête en venant très fort lors des deux autres périodes. On ne doit pas chercher des excuses, on ne peut s'en prendre qu'à nous mêmes. On aurait dû poursuivre le match différemment, comme lors des vingt premières minutes et on se serait imposés.

Après avoir autant dominé, peut-on parler d'un excès de confiance?

Ah non, je ne crois pas. On respecte toujours l'adversaire. Mais comme je l'ai dit, il vous donner du crédit à Genève-Servette qui est revenu très fort après la première pause en mettant surtout ses occasions au fond. C'est, à mon avis, là que la rencontre s'est jouée.

Il y a eu notamment un but signé Deniss Smirnovs servi par Stéphane Patry, deux joueurs que vous connaissez bien pour avoir joué contre eux l'an passé en juniors...

C'est juste. Je les connais très bien d'autant pus que j'ai évolué quelques fois en équipe nationale avec Stéphane. Je ne suis pas surpris du tout qu'ils aient réussi à gagner leur place dans ce contingent genevois. C'est beau que Genève-Servette fasse autant confiance à ses jeunes dans la première équipe.

Ce choc au sommet qui mettait aux prises le 2e et le 3e a finalement tenu ses promesses jusqu'au bout où vous auriez très bien pu sauver au moins un point dans les ultimes secondes. D'où votre frustration...

On s'est en effet un peu réveillé sur la fin avec des occasions, mais contrairement à Genève, on n'a pas su les concrétiser.

Après une grosse semaine pour vous, dont un voyage en Suède pour la Ligue des Champions, ce samedi sans match va vous permettre de souffler un peu. On se trompe?

Comme on rejoue mardi contre Frölunda, cela nous fait du bien de lever le pied. Le calendrier est chargé pour tout le monde mais on sait gérer toutes ces rencontres qui s'enchaînent, c'est surtout une bonne expérience pour nous.

Votre opinion