Disney+: Gina Carano a appris son licenciement par les réseaux sociaux
Publié

Disney+Gina Carano a appris son licenciement par les réseaux sociaux

L’actrice et cascadeuse n’a pas été avertie personnellement qu’elle ne faisait plus partie de la série «The Mandalorian». La décision a été prise après la publication d’un post qui a fait scandale.

Dans un post, retiré depuis, Gina Carano a comparé le fait d’être conservatrice en Amérique à la persécution des Juifs dans l’Allemagne nazie.

Dans un post, retiré depuis, Gina Carano a comparé le fait d’être conservatrice en Amérique à la persécution des Juifs dans l’Allemagne nazie.

Copyright FR_tmdb

L’ancienne comédienne de «The Mandalorian» Gina Carano a découvert qu’elle n’était plus attachée à la série à succès de Disney+ via les réseaux sociaux «comme tout le monde», a-t-elle raconté à la journaliste Bari Weiss. L’actrice cascadeuse a révélé que les dirigeants ne l’avaient même pas contactée pour lui dire qu’elle était congédiée. La nouvelle lui est parvenue après qu’elle a comparé dans un post, retiré depuis, le fait d’être conservatrice en Amérique à la persécution des Juifs dans l’Allemagne nazie.

Les patrons de Disney et de LucasFilm ont publié une déclaration commune la semaine dernière, qui disait «Gina Carano n’est pas actuellement employée par LucasFilm et il n’est pas prévu qu’elle le soit à l’avenir. Néanmoins, ses posts dans les réseaux sociaux qui dénigrent les gens sur la base de leur identité culturelle et religieuse sont odieux et inacceptables».

Un précédent en 2020

L’actrice avait, en effet, déjà fait polémique en se moquant sur Twitter de l’usage de nouveaux pronoms gender fluid pour les personnes transgenres. À cette occasion, a révélé Gina Carano, Disney lui avait interdit de parler à la presse à propos de la saison 2 de «The Mandalorian».

«Au début de l’année dernière, avant la sortie de «The Mandalorian», ils voulaient que j’utilise leur formulation exacte pour m’excuser de l’utilisation des pronoms. J’ai refusé et j’ai proposé une déclaration avec mes propres mots, a-t-elle raconté. J’ai clairement indiqué que je ne voulais pas me moquer de la communauté transgenre, et que je ne faisais qu’attirer l’attention sur les abus de ceux qui obligent les gens à mettre des pronoms dans leur biographie.»

Gina Carano a admis que, finalement, elle a cédé à la pression de Disney: «Je ne voulais pas enlever du travail à tous ceux qui collaboraient au projet, alors j’ai dit OK. C’est la dernière fois que j’ai été contactée pour une déclaration publique ou des excuses de LucasFilm.»

(Cover Media / Lematin.ch)

Votre opinion