Football: Giorgio Contini: «Il ne faut pas commencer à perdre les nerfs»

Publié

FootballGiorgio Contini: «Il ne faut pas commencer à perdre les nerfs»

L’entraîneur du LS, qui n’a pris qu’un point en cinq matches cette année, reste calme à l’approche du derby contre Servette, samedi à la Tuilière. Mais la situation exige une réaction de ses joueurs.

par
Simon Meier
Giorgio Contini ne se fait pas de souci. Mais une victoire serait très bienvenue, ce samedi lors du derby lémanique

Giorgio Contini ne se fait pas de souci. Mais une victoire serait très bienvenue, ce samedi lors du derby lémanique

Eric Lafargue

Le Lausanne-Sport, qui a jusqu’ici compilé quatre défaites et un match nul en 2021, ne va pas très fort. Avant la venue de Servette, samedi à la Tuilière (coup d’envoi 18h15), les fantasmes nés d’un joli début de saison ont fait place à des pensées moins plaisantes. Et le spectre d’une nouvelle relégation commence à naître dans les esprits. Mais pas dans celui de Giorgio Contini, manifestement.

«Malgré nos trois défaites consécutives (ndlr: une contre Bâle et deux contre YB), je peux dire que l’équipe va bien, assure l’entraîneur du LS. Malheureusement, on n’a pas marqué de point. Mais j’ai vu une bonne réaction sur le dernier match et demi.» Il est vrai que le second revers essuyé mercredi au Wankdorf (1-0) s’est avéré moins rude que le premier (4-2 après avoir été mené 4-0). Mais les Vaudois, qui ne comptent plus que trois points d’avance sur un barragiste lucernois qui a deux matches de plus à jouer, n’ont plus guère de marge.

«La pression, je me la mets tout seul»

De quoi s’inquiéter? «Quand on ne gagne pas, à partir d’un moment, il y a urgence, admet Contini. On joue au foot pour développer du jeu mais aussi pour gagner des matches et, aujourd’hui, on n’y parvient pas.» Le Zurichois conserve toutefois son calme et sa bonne humeur, en apparence. La pression liée aux résultats? «La pression, je me la mets tout seul. Je sais ce qu’il faut faire et je sais aussi que, dans une telle situation, la seule chose à faire est de rester tranquille et de continuer à travailler. Il ne faut pas commencer à perdre les nerfs ou chercher des excuses, mais trouver des solutions.»

Si l’éclaircie espérée ne devait pas survenir lors du derby contre les Genevois, le climat pourrait commencer à devenir pesant sur les hauts de Lausanne. Deux gros mois après avoir licencié Patrick Vieira à l’OGC Nice, le propriétaire Ineos sera-t-il tenté de se séparer d’un autre entraîneur? «Non, je ne vois pas pourquoi, répond Giorgio Contini lorsqu’on lui demande s’il se sent menacé. Moi je fais mon travail et à un moment donné, il peut y avoir des choix. Je suis tranquille, serein. On travaille, on discute, avec l’objectif de garder l’enthousiasme et le plaisir que nous avons à travailler ensemble.»

«Je m’attends à un match compliqué»

Pour alimenter le plaisir, rien de tel que d’inscrire des buts, des points. Mercredi soir, le coach du LS a choisi de laisser au repos plusieurs joueurs, dont son capitaine Stjepan Kukuruzovic et son gardien Mory Diaw. Ce dernier effectuera son retour entre les poteaux samedi, malgré le bon match de Thomas Castella à Berne. Et les autres pourraient avoir un petit supplément de jambes, par rapport des Servettiens eux aussi très sollicités.

«Je m’attends à un match compliqué, comme toujours lors des derbies, dit Giorgio Contini. Entre l’enchaînement des matches et les blessés, ils sont un peu dans la même problématique que nous après notre quarantaine. Je pense que nous devrions avoir l’avantage de la fraîcheur. Après, tout dépendra de comment on entre dans ce match. Il faudra aller les chercher et gagner les duels pour l’emporter.» Sinon, ça risquera de commencer à chauffer pour de vrai pour l’entraîneur du Lausanne-Sport.

Ton opinion