JO de Rio: Giulia Steingruber portera le drapeau suisse
Actualisé

JO de RioGiulia Steingruber portera le drapeau suisse

La gymnaste mènera le défilé de la délégation helvétique lors de la cérémonie d'ouverture, vendredi.

Giulia Steingruber compte cinq titres européens à son palmarès.

Giulia Steingruber compte cinq titres européens à son palmarès.

Keystone

Pour la première fois depuis 28 ans, une femme a été désignée comme porte-drapeau pour la Suisse lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'été, vendredi soir à Rio.

Cet honneur échoit à la gymnaste Giulia Steingruber, championne charismatique et avenante, récemment sacrée double championne d'Europe à Berne.

La dernière Suissesse à avoir été porte-drapeau aux JO d'été fut l'athlète Cornelia Bürki en 1988 à Séoul. Aux Jeux d'hiver, l'absence féminine est presque aussi longue puisque la skieuse Vreni Schneider, en 1992, est la dernière en date à avoir tenu l'étendard.

Bas de contention

«C'est pour moi un grand honneur et une grande joie que de pouvoir emmener la délégation suisse. Cela me donnera un surcroît d'énergie pour mes compétitions à venir», a déclaré Giulia Steingruber, citée dans le communiqué de Swiss Olympic.

Giulia Steingruber prendra quelques mesures de santé élémentaires pour chasser au mieux la fatigue engendrée par son rôle de porte-drapeau à Rio. Elle portera des chaussettes de contention pendant le défilé vendredi et alternera les applications chaud-froid le lendemain afin de favoriser la circulation sanguine.

A-t-elle songé un instant à renoncer à accepter de porter le drapeau? «J'en ai discuté avec mes entraîneurs, et nous avons convenu que je ne pouvais pas décemment refuser ce grand honneur», a déclaré la gymnaste devant la presse. «Je suis vraiment très fière.»

Ambitions

Giulia Steingruber a réaffirmé ses objectifs: atteindre trois finales (concours complet, saut et sol). «Une fois en finale, beaucoup de choses sont alors possibles», glisse-t-elle, sans prononcer le mot «médaille». Mais chacun sent qu'elle l'a bien en tête. Ses responsables la voient surtout s'illustrer au sol. Au saut, elle garde dans sa manche sa nouvelle figure, un salto tendu avec double vrille et réception dos tourné à l'engin, au mieux pour la finale. Elle n'envisage pas de la montrer en qualifications.

La gymnaste succède à Stan Wawrinka, désigné en 2012, et à Roger Federer, porte-drapeau en 2004 et 2008. Il était logique que le tennis passe son tour. D'autant que la jeune femme de Gossau, qui a beaucoup gagné en maturité depuis ses premiers JO à Londres il y a quatre ans, possède le charme et surtout le palmarès nécessaires pour entraîner les autres sélectionnés dans son sillage.

Charisme

Le chef de mission Ralph Stöckli l'exprime ainsi: «Giulia Steingruber est une sportive avec beaucoup de charisme, qui représente magnifiquement le sport d'élite suisse et ses valeurs. Elle trace sa route avec un engagement impressionnant et a su rester sympathique et authentique malgré ses grands succès.»

La perle de la gym suisse avait enchanté le public de Berne aux derniers Championnats d'Europe, début juin. Résistant à la pression, elle y a décroché deux nouveaux titres continentaux, au sol et au saut. Sa nouvelle chorégraphie au sol, en particulier, avait déclenché l'enthousiasme.

A Rio, la St-Galloise établie dans la région biennoise - entraînements à Macolin obligent - peut viser un podium. Elle aura ses chances surtout au sol, mais aussi au saut, accessoirement au concours général, mais il lui faudrait un exploit majeur dans cette dernière discipline, la plus exigeante.

Cinq titres européens

Giulia Steingruber (22 ans) compte cinq titres européens à son palmarès mais n'a jamais encore décroché de médaille au plan planétaire (Mondiaux ou JO). Les Américaines, emmenées par la prodige Simone Biles, et les Asiatiques lui font pour l'instant encore de l'ombre. Les Russes en revanche se présenteront à Rio affaiblies par des blessures, et l'occasion paraît belle pour s'illustrer.

La gymnaste de Suisse orientale entrera en lice dimanche à 14h45 (heure de Rio) pour les qualifications. Elle aura donc un jour et demi pour récupérer de la cérémonie d'ouverture, à laquelle seulement une quarantaine de sélectionnés suisses prendront part.

Les nageurs par exemple ou l'escrimeuse Tiffany Géroudet, qui concourent dès samedi, préféreront garder toute leur énergie plutôt que de perdre de l'influx dans le trafic vers le stade et lors du défilé.

Athlétisme, natation et judo les plus représentés

La liste provisoire des divers porte-drapeaux pour la cérémonie d'ouverture des JO de Rio, vendredi soir, faisait apparaître une forte représentation en particulier de l'athlétisme, suivi de la natation et du judo.

Sur 133 pays dont les noms des porte-étendards étaient disponibles jeudi en milieu de journée, l'athlétisme arrivait en tête avec 27 noms, contre 13 pour la natation et le judo.

Votre opinion