Actualisé

FusionGlencore et Xstrata formeront un géant des matières premières

Le groupe suisse de matières premières Glencore et son homologue Xstrata se sont mis d'accord sur un projet de fusion, pour créer un géant du secteur qui va peser 90 milliards de dollars en Bourse.

Glencore et Xstrata sont régulièrement mis en cause pour l'impact environnemental de leurs activités minières.

Glencore et Xstrata sont régulièrement mis en cause pour l'impact environnemental de leurs activités minières.

AFP

Les géants zougois des matières premières Glencore et Xstrata se sont mis d’accord sur un projet de fusion. Ce rapprochement historique pour le secteur créera un groupe encore plus gigantesque qui pèsera quelque 90 milliards de dollars (près de 83 milliards de francs) en Bourse.

L’opération dévoilée mardi valorise le groupe minier Xstrata, dont Glencore détient déjà 34,1%, à 39,1 milliards de livres sterling (56,88 milliards de francs). Elle se réalisera via un échange d’actions, les actionnaires de Xstrata recevant 2,8 nouvelles actions Glencore par titre Xstrata détenu.

L’offre représente une prime de 15,2% par rapport au cours de 1119,5 pence de l’action Xstrata le 1er février, dernier jour de négoce avant l’annonce, jeudi dernier, de négociations entre les deux groupes. Il s’agit aussi d’une prime de 27,9% sur le cours moyen des trois mois précédant cette annonce.

Le patron de la nouvelle entité sera Mick Davis, 53 ans, qui est actuellement à la tête de Xstrata. Ivan Glasenberg, patron du négociant de matières premières Glencore, devrait être le directeur général adjoint du groupe issu de la fusion.

La transaction, qui faisait depuis des mois l’objet de spéculations, devrait être bouclée au troisième trimestre, ont précisé mardi les deux entreprises. Au terme de l’opération, les actionnaires de Xstrata - hors Glencore - détiendront 45% du nouveau groupe.

Chiffre d’affaires: 200 milliards

Le rapprochement entre Xstrata - quatrième groupe minier mondial - et Glencore - numéro un mondial du négoce de matières premières - crée un groupe à même de concurrencer les trois premiers acteurs miniers mondiaux que sont BHP Billiton (Australie/Grande-Bretagne), Vale (Brésil) et Rio Tinto (Grande-Bretagne). Il prendra le nom de Glencore Xstrata International.

En additionnant les résultats d’entreprise de 2011 de Xstrata et de Glencore, la nouvelle entité pèse 209 milliards de dollars de chiffres d’affaires (192 milliards de francs), et dégage 16,2 milliards de dollars de résultat brut.

Le groupe de négoce Glencore, qui a lancé avec succès en mai 2011 son introduction à la Bourse de Londres et de Hong Kong, possède également des actifs miniers (zinc, cuivre, plomb, aluminium et autres), énergétiques (pétrole et charbon) et agricoles (coton, tournesol, blé, sucre notamment).

La multinationale s’approvisionne aussi auprès de 7000 sous-traitants, et est propriétaire d’installations portuaires, d’entrepôts et d’une flotte de navires. Xstrata est principalement coté à Londres, mais ses actions sont aussi traitées à la Bourse suisse avec un volume limité.

Il extrait et traite des matières premières dans une vingtaine de pays, principalement du cuivre, du charbon, du ferrochrome, du nickel, du zinc, du vanadium et du platine.

L’action Xstrata en baisse

Vers 11 heures en Suisse, le titre Glencore progressait de 1,44% à 467,4 pence tandis que l’action Xstrata reculait de 2,26% à 1233 pence. L’indice regroupant les valeurs européennes liées aux matières premières perdait 1,33%.

Depuis jeudi 2 février, jour de l’annonce des pourparlers de fusion, le titre Glencore affiche une hausse de près de 9% et l’action Xstrata une progression de plus de 10%.

Certains actionnaires de Xstrata, qui avaient laissé entendre ces derniers jours qu’ils voulaient obtenir un meilleur prix de la fusion avec Glencore, devront être convaincus que les perspectives de croissance et les synergies compenseront la prime au rabais retenue pour la transaction, en comparaison avec une moyenne de 20% à 30% en vigueur dans le secteur minier.

Standard Life Investments, quatrième actionnaire de Xstrata, a ainsi annoncé qu’il se prononcerait contre la fusion, estimant qu’elle «sous-évalue sensiblement» les actifs de Xstrata et sa capacité à générer des bénéfices à l’avenir.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!