Tech: Google et Amazon ont élargi leurs empires numériques fin 2020
Publié

TechGoogle et Amazon ont élargi leurs empires numériques fin 2020

Après Facebook et Apple la semaine dernière, Amazon et Google ont livré mardi leur bilan de santé au dernier trimestre 2020, confirmant pour le premier son emprise sur le marché de la publicité sur internet et pour le second sa domination du commerce en ligne.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

AFP

Alphabet, la maison mère de Google et YouTube, a largement surpassé les attentes au dernier trimestre 2020, avec un bénéfice net de 15,2 milliards de dollars (13,65 milliards de francs), en hausse de 50% sur un an. L’entreprise a engrangé un chiffre d’affaires de 56,9 milliards, soit 10 milliards de plus qu’il y a un an, et bien au-delà des 53 milliards attendus par les analystes. Son titre s’appréciait de près de 7% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.

Ces résultats solides «ont été stimulés par Search (le moteur de recherche de Google, ndlr) et YouTube alors que notre activité clientèle et commerciale a rebondi par rapport au début de l’année», a indiqué dans un communiqué Ruth Porat, la directrice financière d’Alphabet.

Au même titre que ses rivaux Amazon, Apple ou Facebook, Google s’est renforcé pendant la pandémie, la demande pour ses services étant encore plus forte avec les diverses mesures de confinement. Le géant des technologies est avant tout le leader mondial du marché de la publicité en ligne.

YouTube

Google a récolté 46 milliards de dollars (41,30 milliards de francs) de recettes publicitaires au dernier trimestre 2020, dont près de 7 milliards générés sur la plateforme de partage de vidéos YouTube.

Au printemps, le groupe californien avait trébuché, avec un bénéfice net inférieur à celui de 2019, à cause de son exposition aux budgets publicitaires de gros annonceurs durement touchés par la pandémie, comme les voyagistes. Il s’est depuis repris.

«Les trois principales catégories de revenus publicitaires ont dépassé nos attentes, y compris YouTube, qui a augmenté de 46% au 4e trimestre par rapport à l’année précédente», note Nicole Perrin, analyste chez eMarketer. Ce cabinet d’études prévoit 116,7 milliards de recettes publicitaires nettes pour Google en 2021 (+18,4% sur un an), soit près de 30% de ce marché.

La branche d’informatique à distance (cloud computing) a généré 3,8 milliards de dollars d’octobre à décembre, en hausse de 1,2 milliard de dollars par rapport à l’année précédente. «Nos résultats solides ce trimestre montrent à quel point nos produits et services aident les gens et les entreprises, tout en accélérant la transition vers les services numériques et le cloud», a déclaré le patron d’Alphabet et Google, Sundar Pichai.

Revenus records pour Amazon

Amazon a de son côté dépassé les 100 milliards (89,79 milliards de francs) de chiffre d’affaires trimestriel pour la première fois de son histoire et vu son bénéfice doubler au quatrième trimestre 2020, à 7,2 milliards de dollars.

Le géant du commerce en ligne anticipe par ailleurs des profits compris entre 3 et 6,5 milliards de dollars entre janvier et mars 2021, en prenant en compte des dépenses prévisionnelles d’environ 2 milliards de dollars liées à la lutte contre le coronavirus.

«Nos données montrent qu’Amazon a été utilisé plus que jamais pour la période des fêtes de fin d’année, notamment par des personnes craignant d’aller faire leurs courses en magasin pour des raisons de santé», note Neil Saunders de GlobalData.

La division d’informatique à distance du groupe, Amazon Web Services, a aussi vu ses revenus monter, pour atteindre 45,4 milliards de dollars en 2020. «AWS est en voie de devenir une filiale générant 50 milliards de dollars par an», estime Patrick Moorhead, analyste chez Moor Insights and Strategy. L’action d’Amazon montait d’environ 1% mardi dans les échanges électroniques.

L’entreprise a par ailleurs annoncé que son emblématique fondateur, Jeff Bezos, allait céder cette année son rôle de directeur général pour se concentrer sur son poste de président du conseil d’administration. «Amazon est (l’entreprise) qu’elle est grâce aux inventions», a déclaré Jeff Bezos dans le communiqué de résultats. «Si vous vous y prenez bien, quelques années après une invention surprenante, les choses nouvelles deviennent normales. Les gens bâillent. C’est le plus grand compliment qu’un inventeur puisse recevoir», a-t-il continué. «Amazon n’a jamais été aussi inventive, c’est donc un moment idéal pour cette transition».

Microsoft propose de combler le vide si Google renonce au marché australien

Microsoft a proposé mercredi de combler le vide que pourrait laisser Google si le groupe californien suspend son moteur de recherche en Australie en riposte au projet australien visant à le contraindre à rémunérer les médias pour leurs contenus.

Le gouvernement australien travaille sur un «code de conduite contraignant» censé gouverner les relations entre des médias traditionnels en grandes difficultés financières et les géants qui dominent l’Internet, au premier rang desquels Google et Facebook, qui captent une part importante des revenus publicitaires. Facebook comme Google ont menacé de suspendre leurs services si le projet australien, actuellement étudié au Parlement, était mis en oeuvre sous sa forme actuelle.

Dans un communiqué, le président de Microsoft Brad Smith indique mercredi que son groupe «soutient totalement» ce projet qui «cherche de façon raisonnable à s’attaquer au déséquilibre entre les plateformes numériques et les entreprises de presse australiennes» et «constitue un pas fondamental vers un terrain de jeu plus équilibré et un écosystème numérique plus juste pour les consommateurs, les entreprises et la société». Il ajoute que Microsoft est disposé à améliorer son moteur de recherches Bing, dont la part de marché est minime, et à accueillir les annonceurs australiens «sans transfert de coût».

(AFP)

Votre opinion