Jeux vidéo: Google ferme ses studios et se concentre sur la technologie de Stadia
Publié

Jeux vidéoGoogle ferme ses studios et se concentre sur la technologie de Stadia

Google a annoncé lundi qu’il cessait de produire des jeux maison, laissant aux éditeurs indépendants le soin de concevoir de nouveaux titres pour Stadia, sa plateforme de jeux en streaming.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

AFP

Le géant des technologies a lancé fin 2019 Stadia, un service qui permet de jouer à distance à des jeux de même qualité que sur des consoles, sans avoir besoin de les télécharger ou d’acheter des équipements coûteux. Il avait aussi fondé ses propres studio, réunis sous Stadia Games and Entertainment (SG&E), pour créer des titres exclusifs.

«Créer des jeux de la meilleure qualité à partir de rien nécessite beaucoup d’années et des investissements significatifs. Et les coûts montent de façon exponentielle», a déclaré le groupe californien dans un communiqué. «Comme nous sommes déjà concentrés sur la technologie de Stadia et l’approfondissement de nos contrats commerciaux, nous avons décidé d’arrêter d’investir dans la conception de contenus exclusifs par nos équipes internes de SG&E.»

Le futur

L’accès à Stadia est de base gratuit mais sur abonnement pour bénéficier de tous ses avantages. Les jeux de son catalogue sont pour la plupart payants à l’unité.

«Clairement, la technologie de Stadia fonctionne à grande échelle», a indiqué Google, citant le lancement de Cyberpunk 2077 parmi les succès de la plateforme. «La possibilité de jouer en streaming (à distance et en continu) est le futur de l’industrie, et nous allons continuer à investir dans Stadia et son infrastructure».

En fin d’année dernière, Amazon a lancé aux États-Unis un service du même type, baptisé Luna. Il est en compétition avec Stadia et aussi la plateforme xCloud de Microsoft. Chacun des trois poids lourds du cloud a des serveurs qui abritent la puissance informatique nécessaire pour jouer à distance sans délai dans les actions et réactions du jeu.

(AFP)

Votre opinion