05.06.2015 à 17:40

F1GP du Canada: Carlos Sainz Jr : "La F1, c'est très dur mentalement" (ENTRETIEN)

MONTREAL, 5 juin 2015 (AFP) - L'Espagnol Carlos Sainz Jr, 20 ans, fils d'un double champion du monde des rallyes, débute en Formule 1 cette saison chez Toro Rosso et trouve que "la F1 c'est très dur mentalement", a-t-il expliqué à l'AFP avant les premiers essais libres du Grand Prix du Canada, prévu dimanche.

Q: Carlos, vous avez 9 points marqués en quatre GP sur six, vous êtes devant votre coéquipier Max Verstappen au championnat, quel est votre bilan provisoire? R: "Je peux être content de ces six premières courses, sachant que j'en ai terminé cinq, mais tout va très vite en F1 et il n'y a que le tiers du travail qui a déjà été accompli, même pas la moitié. Il y a beaucoup de choses que j'aurais pu mieux faire, dans certaines séances d'essais, dans certains tours, mais je suis là pour apprendre et accumuler de l'expérience". Q: Est-ce qu'il y a des choses qui ne vous plaisent pas en F1 ? R: "Il n'y a rien qui me déplaise, sinon peut-être moins voir sa famille, mais à mon âge ce n'est pas vraiment un si grand sacrifice. Je fais ce qui me plaît et c'est une chance que peu de gens ont dans le monde. Ce qui m'a le plus surpris, au début, c'est que même en sachant que ça va être difficile, autant physiquement que mentalement, rien ne remplace le fait de le vivre pour de bon. Je m'en rends compte cette saison et je n'aurais jamais imaginé que ce serait aussi difficile mentalement". Q: La sortie de piste de Max Verstappen à Monaco a fait beaucoup parler. Quelle est votre opinion ? R: "Au bout du compte, il faut bien voir que nous sommes deux débutants en F1 et que nous allons encore commettre des erreurs dues à notre inexpérience, comme tous les jeunes pilotes avant nous. Mais il ne faut pas toujours exagérer sur le fait que nous sommes soi-disant trop jeunes, car nous avons besoin de les commettre pour progresser comme pilotes, pour continuer à avancer. Donc il ne faut pas dire que nous sommes jeunes chaque fois que nous faisons une erreur. Nous nous entendons très bien avec Max, nous avons une relation très saine, nous restons calme et nous faisons le maximum pour que notre équipe en profite et atteigne ses objectifs". Q: Est-ce qu'il est possible d'être amis, entre pilotes de F1 ? R: "Oui, c'est possible, même si quand on baisse la visière de notre casque, nous sommes tous pareils et il ne faut pas avoir peur de dépasser un ami sur la piste. Je l'ai appris en karting et je continue. Même si le gars que je vais doubler, c'est Fernando (Alonso). C'est de lui que je suis le plus proche aujourd'hui. Il m'a toujours beaucoup soutenu, et pour moi il reste le meilleur pilote de F1 actuel, même s'il a eu une mauvaise surprise chez McLaren. Les autres pilotes qui m'impressionnent actuellement, c'est Hamilton, car il a tendance à faire des choses différentes des autres, Ricciardo, qui a un pilotage particulièrement coulé, et Vettel, qui est très fort sur beaucoup de circuits". Q: Quel est votre objectif ici au Canada? R: "Ce sera peut-être la course la plus difficile pour nous car il y a beaucoup de lignes droites, et ce n'est pas le point fort de notre monoplace: nous sommes en général 10 à 15 km/h plus lents que les autres, alors qu'ici on est à fond sur 70% de chaque tour. On va donc perdre beaucoup de temps et ce ne sera pas évident de marquer des points". Q: Quel est votre prochain objectif en F1, après Toro Rosso? R: "Mon objectif numéro 1, sans aucun doute, c'est de piloter un jour pour Red Bull. Ils m'ont soutenu depuis que je courais en karting, à 15 ans, et je veux un jour leur rendre cette confiance, car c'est une équipe majeure. Je veux leur apporter des résultats, des victoires, des podiums". Propos recueillis à Montréal par Pedro REPARAZ prz/dlo/jgu

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!