08.06.2015 à 00:14

autoGP du Canada - Lewis Hamilton: "J'en avais encore sous le pied" (TROIS QUESTIONS)

MONTREAL, 7 juin 2015 (AFP) - Le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes), vainqueur dimanche du Grand Prix du Canada pour la 4e fois depuis 2007, a confié ensuite qu'il "en avait encore sous le pied, en cas de besoin" lors d'une course qu'il a contrôlée de bout en bout, face à Nico Rosberg.

Q: Qu'est-ce que ça fait de gagner encore ici ? R: "J'adore ce circuit et j'adore la ville de Montréal. C'était un week-end fantastique et c'est super d'être de retour sur la plus haute marche. Je ne pense pas avoir eu le meilleur équilibre avec la voiture pendant la course, j'ai eu globalement beaucoup de sous-virage mais je ne me suis jamais vraiment senti sous pression. Nico était rapide mais j'ai senti que j'avais tout sous contrôle et que j'en avais encore sous le pied en cas de besoin, donc je ne me suis jamais vraiment senti en danger. C'était une super course, je ne sais pas si c'était agréable à regarder mais j'ai senti que c'était intense et j'ai vraiment apprécié. C'est ma quatrième victoire au Canada, j'adore ce circuit où il faut toujours attaquer, être rapide mais aussi bien freiner. Le freinage a toujours été l'un de mes points forts, donc je pense que c'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai encore été bon ici, en pilotant tout près du mur et sur les vibreurs. C'est une piste qui me fait un peu penser à un circuit de karting." Q: Dans quel état d'esprit abordiez-vous cette course après un week-end monégasque compliqué (3e après avoir mené pendant presque toute la course) ? R: "Il fallait venir ici et faire tout ce qu'on avait à faire, j'avais besoin de cette victoire après Monaco. J'ai le soutien le plus incroyable de la part des fans. J'ai rencontré quelques vibrations, surtout à la fin, qui ont parfois entraîné des blocages de roues, mais rien de très sérieux, et cela ne m'a pas posé de problème. Je suis heureux d'être revenu dans le coup. Je suis fier de l'équipe et je veux dédier cette victoire au père de mon ingénieur Bonno (Pete Bonnington). Je sais qu'il traverse une période délicate et il a quand même réalisé un travail formidable". Q: Après votre arrêt au stand, Nico se rapprochait de plus en plus, il est d'ailleurs entré dans la zone de DRS, que s'est-il passé à ce moment là ? R: "Nico était dans mes rétroviseurs et il était en mesure d'économiser du carburant. Naturellement, quand vous êtes derrière quelqu'un, vous consommez moins d'essence. Et de mon côté, je pensais en avoir assez sauvegardé mais j'avais besoin d'en économiser davantage donc durant cette période, je me suis concentré essentiellement sur la gestion du carburant. Si j'avais pu être rapide de un ou deux dixièmes, cela aurait été idéal et j'ai essayé de le faire. Je voulais surtout ramener la voiture à la maison en toute sécurité." Propos recueillis sur le podium et en conférence de presse. str/dlo/chc

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!