Actualisé 27.05.2020 à 14:44

CoronavirusLe grand déconfinement annoncé pour le 6 juin

Cinémas, théâtres, zoos, remontées mécaniques, campings, piscines et écoles postobligatoires vont rouvrir.

Alain Berset et Simonetta Sommaruga ont annoncé un large assouplissement des mesures de lutte contre le coronavirus pour le 6 juin.

Alain Berset et Simonetta Sommaruga ont annoncé un large assouplissement des mesures de lutte contre le coronavirus pour le 6 juin.

Keystone

Le Conseil fédéral met le turbo pour le déconfinement. Les rassemblements allant jusqu'à 30 personnes seront autorisés dès samedi et la réouverture de cinémas, théâtres, zoos, remontées mécaniques, campings, piscines et écoles postobligatoires suivra le 6 juin.

Le Conseil fédéral avait déjà assoupli les mesures prises pour protéger la population contre le coronavirus les 27 avril et 11 mai Or, ces deux étapes n’ont pas entraîné de reprise de l'épidémie, d'où le large assouplissement décidé pour le 6 juin.

Tous les établissements et manifestations concernés devront toutefois appliquer des plans de protection. Les règles d’hygiène et de distance restent impératives. Si l'espacement ne peut être respecté, il faut garantir la possibilité de retracer les contacts personnels rapprochés en cas d’infection, par exemple en établissant des listes de présence.

300 personnes le 8 juin

L’interdiction de rassemblement dans l’espace public, notamment sur les places publiques, les chemins ou dans les parcs entame la marche samedi. La nouvelle limite de 30 personnes sera remplacée dès le 8 juin par un plafond de 300 personnes. Cela concerne les réunions familiales, les salons, les concerts, les représentations théâtrales ou encore les séances de cinéma, mais aussi les rassemblements politiques et de la société civile.

Le 24 juin, le Conseil fédéral tranchera sur les manifestations réunissant entre 300 et 1000 personnes et d'autres assouplissements possibles. Les manifestations de plus de 1000 personnes restent interdites jusqu’à fin août.

Assouplissements pour le sport

Les compétitions de sport impliquant un contact physique étroit et constant, comme la lutte, le judo, la boxe ou la danse de salon devraient rester interdites jusqu’au 6 juillet. Mais les entraînements sont de nouveau autorisés à partir du 6 juin, sans restriction relative à la taille des groupes, y compris pour les sports qui supposent un contact rapproché.

Toutefois, pour ces sports-là, les entraînements doivent avoir lieu dans des équipes fixes et la liste des personnes présentes doit être dressée. Les camps de vacances pour la jeunesse sont possibles dès le 6 juin.

Attractions touristiques

Le 6 juin, les remontées mécaniques, les campings et les attractions touristiques telles que pistes de luges d’été ou parcs d’accrobranche pourront rouvrir. Tous les établissements de divertissement et de loisirs tels que casinos, parcs de loisirs, zoos et jardins botaniques peuvent à nouveau accueillir du monde, tout comme les piscines et les centres de bien-être.

À partir du 6 juin, les salons érotiques pourront également reprendre leurs activités et les services de prostitution être proposés.

Restauration

À partir de la même date, la limitation des groupes à quatre personnes dans les restaurants sera levée et les activités telles que billard et autres animations musicales seront de nouveau possibles. Les établissements devront garantir la possibilité de retracer les contacts en collectant les données d’un client par table pour chaque groupe de plus de quatre personnes.

Les consommations et les repas continueront à être exclusivement pris à table. Les restaurants doivent fermer à minuit, tout comme les discothèques ou les boîtes de nuit, qui doivent en outre tenir des listes de présence et ne pas admettre plus de 300 personnes par soirée.

Ecoles postobligatoires

L’enseignement présentiel dans les écoles postobligatoire est autorisé dès le 6 juin mais ce sont les cantons qui fixeront les modalité. Ils peuvent organiser l’enseignement de manière flexible et continuer à exploiter l’enseignement à distance.

La troisième étape d'assouplissements des mesures prises pour lutter contre la maladie était très attendue. Le Conseil fédéral avait déjà été plus rapide que prévu en incluant dès le 27 mai la réouverture des bars et restaurants ainsi que celle des musées et des bibliothèques. Le feu vert aux offices religieux a également été avancé la semaine dernière à ce vendredi.

D'extraordinaire à particulière

A partir du vendredi 19 juin, la Suisse ne sera plus placée en situation extraordinaire, mais en situation particulière. Les cantons retrouveront une partie de leur autonomie. Le Conseil fédéral a lancé mercredi le processus pour transférer l'ordonnance sur le Covid-19 dans une loi.

La situation extraordinaire prime depuis le 16 mars. Le 28 février, le pays avait été placé en situation particulière, état qui prévaudra à nouveau dès le 19 juin.

Tant que l'épidémie est là, le Conseil fédéral veut garder la flexibilité nécessaire pour réagir avec des mesures uniformes, a expliqué le ministre de la santé Alain Berset. Les cantons ne retrouveront la compétence d’ordonner des mesures légales que lors du retour en situation normale.

Le Conseil fédéral prépare désormais le transfert de l’ordonnance 2 Covid-19 dans le droit ordinaire. L'ordonnance n'est effective que pendant six mois au maximum, soit au plus tard jusqu’au 13 septembre. Elle a été limitée dans le temps, certaines de ses dispositions ne reposant sur aucune loi fédérale.

Le Conseil fédéral peut l'abroger ou certaines de ses dispositions avant cette date, ce qu'il a fait en lançant les mesures d'assouplissement de manière échelonnée. Les dispositions qui seront encore nécessaires après le 13 septembre mais ne reposent sur aucune loi fédérale devront en revanche être transférées dans un acte législatif du Parlement qui prendra la forme d'une loi Covid-19.

Le retour à la situation particulière implique que les mesures de l’ordonnance doivent être examinées selon des bases juridiques et, le cas échéant, y être rattachées. Les mesures qui ne sont pas prévues telles quelles dans la loi sur les épidémies et qui devront se poursuivre après le 13 septembre doivent notamment être totalement ou partiellement reprises dans la loi Covid-19.

Il s'agit notamment de celles liées aux frontières, du contrôle des exportations pour les équipements de protection, de l'approvisionnement en biens médicaux importants, de la capacité des hôpitaux et de la protection des personnes vulnérables.

Le contenu de la loi sera défini en fonction du développement et des prochaines décisions du Conseil fédéral. La procédure de consultation sur cette loi devrait démarrer le 19 juin. Le message sera ensuite transmis au Parlement pour la session de septembre. - (ATS)

(ATS)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!