Publié

BrésilGrande manifestation contre Michel Temer

Des dizaines de milliers de Brésiliens sont descendus dans la rue à Sao Paulo.

1 / 133
La Cour suprême du Brésil s'est prononcée en faveur de la libération de José Dirceu, ex-chef de cabinet de Lula, condamné pour corruption dans le méga-scandale Petrobras. (Mardi 2 mai 2017)

La Cour suprême du Brésil s'est prononcée en faveur de la libération de José Dirceu, ex-chef de cabinet de Lula, condamné pour corruption dans le méga-scandale Petrobras. (Mardi 2 mai 2017)

Keystone
Réforme des retraites, crise économique, éducation, scandale de la viande avariée: les raisons de protester ne manquent pas au Brésil. Le mouvement Vem Pra Rua a appeler dimanche à manifester contre la corruption, à travers tout le pays. (Image d'illustration - 15 mars 2017)

Réforme des retraites, crise économique, éducation, scandale de la viande avariée: les raisons de protester ne manquent pas au Brésil. Le mouvement Vem Pra Rua a appeler dimanche à manifester contre la corruption, à travers tout le pays. (Image d'illustration - 15 mars 2017)

Keystone
A la mi-mars, une enquête policière de deux ans a révélé que des douzaines de collaborateurs des autorités sanitaires ont été corrompus pour certifier que la viande avariée était propre à la consommation. Malgré 30 arrestations et la fermetures de plusieurs usines, le scandale ne fait que s'empiler aux récentes révélation de corruption dans l'affaire Petrobras. (Image - 21 mars 2017)

A la mi-mars, une enquête policière de deux ans a révélé que des douzaines de collaborateurs des autorités sanitaires ont été corrompus pour certifier que la viande avariée était propre à la consommation. Malgré 30 arrestations et la fermetures de plusieurs usines, le scandale ne fait que s'empiler aux récentes révélation de corruption dans l'affaire Petrobras. (Image - 21 mars 2017)

Keystone

Des dizaines de milliers de Brésiliens soutenant l'ancienne présidente de gauche Dilma Rousseff, destituée mercredi, ont défilé dans les rues de Sao Paulo dimanche contre son successeur Michel Temer. Ce dernier a minimisé l'événement.

«Dehors Temer!», «Des élections maintenant!», pouvait-on lire sur les banderoles brandies par environ 100'000 manifestants, selon les organisateurs, qui remplissaient l'avenue principale de la capitale économique du pays. Ils soutiennent que la destitution de Dilma Rousseff est un «coup d'Etat» et demandent de nouvelles élections.

Le Sénat a destitué mercredi Dilma Rousseff pour maquillage des comptes publics. Michel Temer, ancien vice-président du parti de centre-droit PMDB devenu son rival, assume désormais le pouvoir jusqu'en 2018 malgré une cote de popularité aussi faible que la dirigeante issue du Parti des Travailleurs (PT).

Encore grossir

A la fin de la manifestation, des heurts se sont produits avec la police, qui a dispersé les manifestants avec des gaz lacrymogènes, selon le site G1. D'autres manifestations similaires ces derniers jours se sont également terminées ainsi.

Michel Temer, en déplacement en Chine pour participer au sommet du G20 quelques jours à peine après son entrée en fonction, a déclaré que les manifestants étaient «des petits groupes de prédateurs». «Ce sont des petits groupes, des groupes minimes (...) Je n'ai pas les chiffres exacts, mais il y a 40, 50, 100 personnes, pas plus. Sur 204 millions de Brésiliens, je crois que c'est insignifiant», a-t-il assuré, cité par des médias.

«Le président putschiste du Brésil a dit que nous étions 40 personnes. Voici les 40 personnes, nous sommes presque 100'000 sur toute l'avenue Paulista», a répliqué Guilherme Boulos, du mouvement des Sin Techo (sans toit), qui avait appelé à manifester avec d'autres organisations de gauche.

Jeux paralympiques

Quelques manifestants ont brûlé un cercueil en bois dans lequel se trouvait une poupée à l'effigie de Michel Temer. Une femme a posé avec une affiche qui proclamait en anglais: «Dilma est toujours la présidente du Brésil».

«Toute cette procédure contre Dilma (Rousseff) a été horrible. Et de ce que je vois aujourd'hui, je pense que ça (le mouvement) peut continuer à grossir», a déclaré à l'AFP Rita Gomes, une professeure âgée de 30 ans qui a défilé à Sao Paulo.

La manifestation s'est déroulée en fin d'après-midi, pour ne pas contrarier le passage de la flamme des jeux Paralympiques, qui commencent trois jours plus tard à Rio de Janeiro.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!