Publié

SymboleGrande statue de Lénine abattue en Ukraine

Une statue de 8m50 a été démolie cette nuit à Kharkiv par des manifestants nationalistes dénonçant à travers le fondateur de l'Union soviétique l'influence de Moscou.

Après avoir tronçonné les jambes de la statue, les manifestants l'ont fait tomber de son piédestal en tirant sur des cordes.

Après avoir tronçonné les jambes de la statue, les manifestants l'ont fait tomber de son piédestal en tirant sur des cordes.

Keystone

Après deux heures de travail à la tronçonneuse, des grimpeurs sont parvenus à scier les jambes du dictateur, dont la statue de 8,50 mètres de haut a fini par tomber de son piédestal, tirée par un câble, sous les acclamations de la foule.

La chute de la statue était le point d'orgue d'une manifestation qui a rassemblé des dizaines de personnes dimanche après-midi dans la deuxième ville d'Ukraine, parmi lesquels des ultranationalistes du club de football local.

Depuis la destitution en février du président prorusse Viktor Ianoukovitch, le sort de la statue était un sujet de discorde dans cette ville de 1,5 million d'habitants, située dans l'est du pays mais majoritairement fidèle à l'Ukraine, même si la langue russe y est dominante.

Les autorités locales, disant redouter que la statue en tombant ne traverse la chaussée et n'endommage les tunnels du métro, avaient promis de la démonter dans les règles de l'art, mais les manifestants ont préféré le faire eux-mêmes sans attendre.

Une enquête pour vandalisme a été ouverte puis promptement refermée par le ministère de l'Intérieur, qui a noté que personne n'avait été blessé. "Lénine? Laissez tomber. Tant que personne n'est blessé. Tant que cette raclure d'idole communiste n'ajoute pas encore au bilan des victimes", a observé le ministre de l'Intérieur Arsène Avakov sur son compte Facebook.

D'autres statues de Lénine ont été déboulonnées, particulièrement à Kiev, depuis les événements de février, mais d'autres sont toujours debout dans les régions prorusses de l'est du pays sous contrôle des séparatistes.

(AFP)

Votre opinion