Football: Un «bicentième» qui résume bien sa carrière londonienne
Publié

FootballUn «bicentième» qui résume bien sa carrière londonienne

Granit Xhaka a fêté mardi son 200e match sous les couleurs d'Arsenal, par une défaite qui résume assez bien sa carrière chez les «Gunners».

par
Robin Carrel
Granit Xhaka a harangué ses troupes (ou du moins ce qu’il en restait).

Granit Xhaka a harangué ses troupes (ou du moins ce qu’il en restait).

freshfocus

Juste avant la partie contre Wolverhampton (défaite 2-1), tout allait bien pour Granit Xhaka. Il a répondu avec le sourire à la chaîne de son club et s'apprêtait à en découdre sur le pré: «J'ai appris que c'était mon 200e match il y a une dizaine de minutes. Je suis très heureux, très fier, bien sûr. Ce n'est pas un cap simple à atteindre.» Son club restait sur sept matches sans défaites et les «Loups» en face, n'avaient qu'à bien se tenir.

Sauf qu'il est sans doute écrit quelque part que rien ne se passera comme prévu avec Arsenal. Les «Gunners» ont effectué un superbe début de match, frappé le poteau, vu un but être annulé par la VAR, à la suite d'un hors-jeu limite. Les Londoniens ont fini par ouvrir le score par Nicolas Pépé à la demi-heure et allaient rentrer prendre le thé avec une avance méritée. Puis, tout est parti en vrille.

Deux expulsions

Les mauvaises langues diront que, pour une fois, ce n'est pas le Suisse qui a été expulsé... Non, c'est un autre vrai spécialiste du genre qui a pris la porte après trois minutes d'arrêts de jeu dans la première mi-temps: David Luiz. Le Brésilien a heurté la semelle d'un adversaire qui allait seul au but et ç'a été la double peine expulsion-penalty.

Wolverhampton a égalisé donc, puis pris l'avantage d'entrée de deuxième période sur un missile sol-air de Joao Moutinho. Arsenal pouvait encore y croire un peu? Pas de chance, son gardien Bernd Leno était expulsé à son, tour à la 72e minute, pour une main très bête en dehors de sa surface de réparation… N'allez pas croire que ces coups du sort ont stoppé Granit Xhaka.

Le plus capé des Gunners

Comme depuis ses débuts en Premier League en 2016 – avec ses 200 matches toutes compétitions confondues, il est le plus capé des «Gunners», devant Héctor Bellerin et ses 154 parties –, le Suisse a fait fi des coups du sort et s'est donné encore plus. On l'a vu partout, en fin de match, haranguer ses coéquipiers et aller presser seul l'adversaire dans sa moitié de terrain. C'est aussi largement lui qui a touché le plus de ballons au sein de sa formation, réussissant 73 des 79 passes qu'il a tentées.

Mais comme depuis ses débuts avec Arsenal, cette partie n'a rien eu d'un long fleuve tranquille pour le Bâlois, qui aurait aussi pu prendre son carton rouge pour des fautes tactiques à répétition. Le brassard lui avait été retiré? Il avait été conspué par certains de ses supporters? Ses coaches, eux, ont toujours cru en lui et il est toujours là. Cela fait bientôt cinq ans après ses débuts et un transfert de près de 50 millions de francs suisses en provenance du Borussia Mönchengladbach qu’il est indispensable.

Votre opinion