Editorial: Greta à Lausanne? Dialogue de sourds programmé

Actualisé

EditorialGreta à Lausanne? Dialogue de sourds programmé

Aujourd'hui, la jeune Suédoise s'exprime à l'Université de Lausanne. Mais les revendications drastiques des grévistes du climat ne vont pas bousculer la politique helvétique.

par
Eric Felley
Avant de partir pour une traversée de l'Atlantique sur un voilier, la jeune suédoise sera à Lausanne cette semaine et participera vraisemblablement à la manifestation de vendredi après-midi.

Avant de partir pour une traversée de l'Atlantique sur un voilier, la jeune suédoise sera à Lausanne cette semaine et participera vraisemblablement à la manifestation de vendredi après-midi.

Keystone

Que ce soit à Zurich, Bâle ou Lausanne, la tolérance envers les manifestants pour le climat a baissé depuis le début du mouvement en mars dernier. Alors qu'une certaine bienveillance accompagnait les étudiants en grève, la police réagit aujourd'hui au quart de tour contre les fauteurs de troubles climatiques, notamment les plus déterminés, ceux d'Extinction Rébellion.

Revendications pour 2030

C'est dans ce climat, dira-t-on, que se déroule cette semaine une rencontre des mouvements Grève pour le climat (37 pays annoncés) à l'Université de Lausanne. Elle sera ponctuée par une manifestation en ville ce vendredi à 15 heures, à laquelle doit participer la jeune militante suédoise Greta Thunberg. Celle-ci participe déjà ce lundi à une conférence de presse à 12 h 30. Pour elle aussi, l'état de grâce semble passé. En tout cas, elle suscite autant d'enthousiasme d'un côté, qu'elle suscite d'agacement de l'autre.

Des réductions drastiques

Le public ne peut pas assister aux discussions de cette semaine de rencontre à l'UNIL, mais elles sont diffusées en direct sur Facebook. Pour la Suisse, le mouvement revendique l'urgence climatique nationale: «Nous exigeons que d'ici 2030, la Suisse ne produise plus d'émissions nettes de gaz à effet de serre en Suisse... La réduction des émissions nettes de gaz à effet de serre devra être d'au moins 13% par année entre le 1.1.2020 et le 1.1.2024, et ensuite d'au moins 8% par année jusqu'au 1.1.2030.»

Pas de révolution écologique

Cet échéancier paraît bien improbable pour la petite Suisse, déjà incapable jusqu'ici de réduire les émission de CO2 du trafic automobile avec un parc de véhicules qui ne cesse de s'agrandir. Le système politique suisse fonctionne à son rythme. Le renouvellement du Parlement le 20 octobre prochain pourra certes montrer une couleur plus verte, mais il n'y aura pas de révolution écologique à 13% de moins par année! Les nuits fraîches de l'automne auront fait oublier les pics de sueur de l'été.

«Gourou apocalyptique»

Avant de traverser l'océan à bord d'un voilier «zéro émission» pour se rendre au Sommet action climat 2019 de l'ONU à New York le 23 septembre, Greta Thunberg sera donc à Lausanne cette semaine pour donner du poids à ces rencontres intitulées les «vendredis pour le futur». Contrairement à la France, où elle a créé la polémique à l'Assemblée nationale, ici la jeune fille n'est pas reçue officiellement par des politiciens, mais par le Prix Nobel Jacques Dubochet. Depuis son passage à Davos en janvier, sa personnalité est devenue de plus en plus clivante. En France, certains ont dénoncé une «prophétesse en culottes courtes», une «gourou apocalyptique» ou la «cyborg suédoise» (Michel Onfray). Elle leur a répondu: «Vous avez davantage peur de moi que du danger qui nous guette».

Un fossé énorme

Aujourd'hui, il existe encore un fossé énorme entre les revendications des jeunes militants pour le climat et les classes dirigeantes. Cela reste un dialogue de sourds. En Suisse, ce n'est pas la rue, mais le Parlement qui a la légitimité pour faire avancer, ou pas, des mesures visant à réduire l'impact de l'activité humaine sur le climat. Pour l'instant, les contingences économiques et une bonne dose de scepticisme empêchent d'accélérer des réformes climatiques contraignantes. Il en faudra encore des étés caniculaires et dépasser les 40 degrés pour provoquer un déclic plus décisif.

Ton opinion