15.06.2016 à 04:32

Grillades noyées, bouchers dépités

Météo

Sous un ciel maussade, la consommation de viande stagne. Conséquence: le prix de la viande, tout comme le moral des bouchers, ne décolle pas.

par
Vincent Donzé
Dans la vieille ville de Bienne, Peter Haeberli tente de convaincre ses clients que c’est bien la «saison du grill».

Dans la vieille ville de Bienne, Peter Haeberli tente de convaincre ses clients que c’est bien la «saison du grill».

Le Matin

L’été frappe à la porte et toujours pas de soleil en vue: «Sans lui, la consommation ne décolle pas», observe Martin Rufer, responsable de la production à l’Union suisse des paysans. Conséquence: les prix ne décollent pas davantage, pas plus que le moral des producteurs et des bouchers. «Heureusement, il y a l’Euro: pour le match Suisse - Roumanie, c’est moi qui amène la viande chez un copain qui fait une grillade sous tente», rigole le boucher biennois Peter Haeberli. En baisse malgré l’Euro

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!