Actualisé

Résultats de la présidentielleGriller l'embargo de 20h, pas un problème pour Sarkozy

Le candidat-président a dit ne pas être choqué par la possibilité que les estimations de résultats soient publiées avant 20h, et accessibles par Internet, à l'issue du premier tour de l'élection présidentielle, alors que la loi l'interdit.

On ne va quand même pas faire une frontière numérique entre la France et tous les autres pays du monde, a déclaré Sarkozy.

On ne va quand même pas faire une frontière numérique entre la France et tous les autres pays du monde, a déclaré Sarkozy.

Reuters

Interrogé sur le fait que certains médias, français et étrangers, envisagent de diffuser les chiffres avant 20 heures, "non franchement, ça ne me choque pas, parce que vous savez, le monde est devenu un village", a répondu le président-candidat sur Europe-1.

"Ne recréons pas une ligne Maginot. Nous avons des règles qui parfois sont datées. Tout le monde le sait, (...) c'est une forme d'hypocrisie", a-t-il estimé.

21e siècle

"Par conséquent, n'imaginons pas qu'on pourrait revenir en arrière. Je m'inscris résolument dans le XXIe siècle et pas dans le XXe", a-t-il ajouté. "On ne va quand même pas faire une frontière numérique entre la France et tous les autres pays du monde, pour interdire les autres de communiquer avec la France!", s'est exclamé Nicolas Sarkozy.

Le président sortant a aussi rappelé que le phénomène "existe déjà" pour certains électeurs d'Outre mer, "qui sont encore en train de voter alors qu'on a annoncé les résultats" en métropole.

La loi française interdit la diffusion des estimations de résultats avant 20h, heure de fermeture des derniers bureaux de vote, alors que les instituts effectuant les sondages les diffusent vers 18h30 aux rédactions et au personnel politique. Toutefois, elle ne s'applique pas aux médias qui diffusent depuis l'étranger.

Mise en place d’une veille officielle

Les autorités chargées de la surveillance de la campagne présidentielle et des sondages vont mettre en place un dispositif de veille internet pour repérer d’éventuelles infractions à l’interdiction de publier avant 20H00 dimanche des tendances sur les résultats du scrutin, a-t-on appris de source officielle.

Une dizaine de personnes, utilisant des logiciels de recherche par mot-clé, assurera la surveillance des réseaux sociaux et du web, a-t-on précisé à la Commission des sondages.

La Commission des sondages et la Commission nationale de contrôle de la campagne électorale, qui tiendront vendredi une conférence de presse, sont décidées à faire respecter la loi interdisant toute diffusion avant la fermeture du dernier bureau de vote de tout élément de résultat.

(AP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!