Publié

Votations fédéralesGripen et salaire minimum au menu du 18 mai

Les Suisses pourront se prononcer sur quatre sujets le 18 mai: la loi sur le fonds Gripen, l'initiative sur les salaires minimums et celle contre les pédophiles ainsi que le contre-projet à l'initiative sur la médecine de famille.

La loi sur le financement des nouveaux avions de combat Gripen ne sera soumise au vote que si le référendum aboutit, a précisé vendredi le Conseil fédéral.

La loi sur le financement des nouveaux avions de combat Gripen ne sera soumise au vote que si le référendum aboutit, a précisé vendredi le Conseil fédéral.

Reuters

Le Conseil fédéral a mis au menu l'initiative populaire sur les salaires minimums et celle contre les pédophiles ainsi que le contre-projet à l'initiative sur la médecine de famille et la loi sur le fonds Gripen.

La loi sur le financement des nouveaux avions de combat ne sera soumise au vote que si le référendum aboutit, a précisé vendredi le Conseil fédéral. Cela ne fait guère de doute, le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), la gauche et les Vert'libéraux ayant déposé mardi près du double des 50'000 signatures requises.

Il s'agit de financer l'achat de 22 jets du fabricant suédois Gripen. Un fonds alimenté durant 10 ans par 300 millions de francs par an prélevés sur le budget de l'armée permettrait de réunir les 3,126 milliards nécessaires.

Le peuple se prononcera aussi de nouveau sur une question de rémunération avec l'initiative de l'Union syndicale suisse qui réclame un salaire minimum de 4000 francs par mois. Alors que son refus par le Parlement était joué d'avance, droite et gauche ont croisé le fer au National durant des heures lors de la dernière session. Le texte doit réunir la majorité des cantons.

Sans recommandation de vote

Les Suisses voteront encore sur l'initiative de la Marche blanche «pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants». Le texte veut interdire à vie à une personne condamnée pour atteinte à l'intégrité sexuelle d'un enfant d'exercer une activité en contact avec des mineurs. Le Parlement n'a pas donné de mot d'ordre, les deux Chambres ne s'étant pas mises d'accord.

Pour barrer la route à l'initiative, il a toutefois adopté l'an dernier un tour de vis. Les pédophiles seraient frappés de sanctions différenciées en fonction de la gravité des actes pouvant aller jusqu'à l'interdiction à vie. Mais elles pourraient aussi être appliquées pour des actes commis hors du cadre professionnel comme un club sportif. Ces mesures n'ont pas fait reculer les initiants.

Satisfaits du contre-projet concocté par le Parlement et des mesures du Conseil fédéral pour revaloriser leur profession, les médecins de famille ont en revanche retiré leur initiative. Au lieu d'une promotion se limitant aux généralistes, les Suisses voteront sur un nouvel article constitutionnel en faveur de la médecine de base, ce qui inclut des professions comme les infirmières ou les physiothérapeutes.

(ats)

Ton opinion