Vaud - Grosse bisbille rose-verte à Epalinges
Publié

VaudGrosse bisbille rose-verte à Epalinges

Malgré son excellent résultat, la conseillère nationale socialiste Brigitte Crottaz se retire non sans amertume de la course à syndicature. Le sortant Maurice Mischler revient dans la course pour sauver ce siège de gauche.

par
Eric Felley
Brigitte Crottaz a été la mieux élue à la Municipalité d’Épalinges, mais elle a manqué de peu la syndicature dimanche dernier.

Brigitte Crottaz a été la mieux élue à la Municipalité d’Épalinges, mais elle a manqué de peu la syndicature dimanche dernier.

PS/VD

Coup de théâtre à Epalinges (VD). Après avoir dominé ces élections à la Municipalité, toute proche d’accéder à la syndicature, la conseillère nationale Brigitte Crottaz (PS/VD) se retire du jeu. Motif, le syndic actuel, Maurice Mischler, a décidé de revenir dans la course après le résultat de dimanche, qui n’a pas permis à la socialiste de gagner la syndicature.

Brigitte Crottaz avait pourtant dominé ces élections à la Municipalité. Le 7 mars, elle était arrivée en tête du premier tour avec quelque 100 voix de plus que Maurice Mischler. Au second tour du 28 mars, elle avait même creusé l’écart sur lui à plus de 150 voix (tout comme l’écart avec Alain Monod du PLR). Elle était donc la candidate naturelle pour défendre la gauche et remporter la syndicature au premier tour.

Mais les résultats de dimanche ont été décevants pour la socialiste. Dans le duel qui l’a opposé à Alain Monod, Brigitte Crottaz a dû lui concéder 40 voix. Le candidat du PLR a manqué la majorité absolue pour 11 petites voix (à cause des voix éparses). Ce qui a provoqué un vent de panique chez les Verts et un deuxième tour prévu le 16 mai prochain.

«Réagir vite et fort»

C’est ainsi que Maurice Mischler veut se présenter pour sauver le siège. «Nous attendions clairement un meilleur score, a-t-il déclaré à «24 heures». Il existe désormais le risque de perdre la syndicature au profit de la droite». Selon, lui, cette décision de revenir dans la course a été prise en concertation avec une délégation du PS, dont faisait partie Brigitte Crottaz. «Il fallait réagir vite et fort», s’est-il justifié encore pour s’imposer dans ce deuxième tour.

Le Parti socialiste a communiqué mardi en termes choisis cette opération: «Brigitte Crottaz, tiraillée entre le respect dû aux électrices et électeurs qui l’ont soutenue lors du 1er tour et qui l’ont élue largement en tête lors des élections à la Municipalité, et le désir de ne pas s’engager dans une élection comportant deux candidats de gauche, a décidé de renoncer au 2e tour de l’élection à la syndicature».

La conseillère nationale est tout de même amère: «Mon expérience politique m’a appris qu’il fallait savoir encaisser les coups; lorsque ceux-ci viennent de ses propres alliés, c’est plus difficile». Le Parti socialiste d’Épalinges regrette «la volte-face de son allié et la décision prise sans les socialistes, contrairement à ce qu’affirme le candidat écologiste. Epalinges a malheureusement perdu l’occasion d’élire enfin une femme à la syndicature». Au vu de l’ambiance, Epalinges risque de se retrouver avec un syndic PLR au soir du 16 mai.

Votre opinion