Commentaire: Guerre asymétrique en Ukraine: le courage et la lâcheté

Publié

CommentaireGuerre asymétrique en Ukraine: le courage et la lâcheté

Incapable d’engranger des succès sur le terrain, la Russie pilonne à distance l’Ukraine pour détruire toutes ses infrastructures civiles à la veille de l’hiver. Elle y perd définitivement tout crédit.

par
Eric Felley
Les funérailles d’un militaire ukrainien le 16 novembre dernier.

Les funérailles d’un militaire ukrainien le 16 novembre dernier.

AFP

Lorsque le 8 octobre dernier, le pont reliant la Crimée à la Russie a été endommagé par l’explosion d’un camion bourré d’explosifs, deux jours plus tard, l’armée russe envoyait une pluie de missiles sur différentes villes d’Ukraine, visant des infrastructures civiles. C’était la réponse de Vladimir Poutine à cette opération de sabotage attribuée aux services secrets ukrainiens. Selon lui, il était intolérable que l’Ukraine puisse démolir des infrastructures sur le territoire russe sans représailles.

En fin de semaine dernière, la Russie retirait ses troupes de la ville de Kherson, dont Poutine avait dit qu’elle serait dorénavant russe pour toujours. «Russian for ever» avait-il dit. «Russian until november», se sont moqués les Ukrainiens. L’abandon de cette ville a été commenté du côté russe comme un repli stratégique, mais le fait est que sur le terrain c’est une défaite et que l’Ukraine a repris une portion de ce qu’elle considère comme son territoire.

Un débat côté russe

Si l’on suit un peu ce qui se dit du côté russe à la suite du retrait de Kherson, la stratégie suivie par Poutine et son armée fait l’objet d’un débat public, qui n’est pas exempt de critiques, non pas sur la légitimité de la guerre pour «dénazifier» l’Ukraine, mais sur les options suivies sur le terrain, ainsi que sur l’impréparation des militaires envoyés au front, qui ne font pas le poids contre leurs adversaires.

Les Ukrainiens, justement, sont remplis d’un courage et d’une détermination qui ne se retrouvent pas chez les soldats russes mobilisés de force pour la cause. Face à ses revers mortifères et aux critiques, l’armée a réagi mercredi en envoyant une nouvelle salve de missiles visant à détruire les infrastructures énergétiques et plonger les Ukrainiens dans la nuit et le froid alors que l’hiver est arrivé. Le missile tombé en Pologne est la conséquence de cette frappe massive, que les Ukrainiens ont tenté de contrer tant bien que mal.

Au chat et à la souris

Faute donc de succès sur le terrain, l’armée russe pilonne lâchement à distance l’Ukraine. À l’inverse l’Ukraine ne le fait pas, car son objectif est de reprendre ses territoires et non pas de priver la population russe d’eau et d’électricité. Les quelques fois où l’armée ukrainienne a bombardé des positions russes de l’autre côté de la frontière, Moscou a hurlé son indignation. Dans cette différence réside l’asymétrie de cette guerre, où la Russie joue au chat et à la souris avec son voisin, laissant entendre qu’à tout moment elle peut l’écraser. Mais ce jeu lui coûte des dizaines de milliers de vies humaines et pour très longtemps sa réputation.

Ton opinion

98 commentaires