Sondage: Guy Parmelin, un «passage à vide» pour le Vaudois?

Actualisé

SondageGuy Parmelin, un «passage à vide» pour le Vaudois?

Depuis qu'il a repris l'Economie, Guy Parmelin est le plus mal noté des conseillers fédéraux. Il ne semble guère à l'aise dans le milieu des affaires et semble manquer d'indépendance vis-à-vis de son parti.

par
Eric Felley
A Paris, les 22 et 23 mai derniers pour la réunion de l'OCDE, Guy Parmelin représentait la Suisse. Son activité au Conseil fédéral reste la moins bien perçue par l'opinion publique.

A Paris, les 22 et 23 mai derniers pour la réunion de l'OCDE, Guy Parmelin représentait la Suisse. Son activité au Conseil fédéral reste la moins bien perçue par l'opinion publique.

Keystone

Le sondage réalisé les 22 et 23 mai auprès de quelque 19 000 personnes par «Tamedia» place une nouvelle fois Guy Parmelin à la dernière place du gouvernement helvétique. Sur une échelle de 1 à 6, il obtient 3,5. Petite consolation: en février, lors du sondage similaire, il était à 3,41. Il est donc en très légère progression...

Mais que se passe-t-il avec le conseiller fédéral vaudois? Son chargé de communication a décliné l'offre du «Matin» de commenter ce résultat: «Les sondages de popularité sont nombreux et nous ne tenons pas à prendre position sur chacun d'eux». Sans doute qu'il est plus aisé de répondre quand on est mieux classé.

Le contraire de Viola Amherd

Depuis qu'il a repris le Département de l'économie des mains de Johann-Schneider-Ammann, on a peu entendu parler de lui dans son nouveau job. En tout cas bien moins que Viola Amherd dans le sien. Celle qui a repris le département de la Défense a fait contre mauvaise fortune bon cœur et se montre depuis créative et très présente sur ses dossiers.

Ueli Maurer voyage, Alain Berset multiplie les apparitions, Karin Keller-Sutter rayonne, Simonetta Sommaruga a succédé à Doris Leuthard dans une certaine continuité. Pendant ce temps le Vaudois semble éteint... Les divergences de vue entre Guy Parmelin et les milieux économiques se font aussi sentir à Berne, où Johann Schneider-Amman était plus à l'aise et connaissait mieux ces milieux.

Qui commande chez Parmelin?

Tout le monde sait aussi que le choix de l'Economie était un ordre de son parti bien davantage qu'un choix personnel. D'ailleurs, Guy Parmelin est très (ou trop) entouré par les hommes du sérail. Dernier en date, Martin Baltisser, secrétaire général au long cours de l'UDC Suisse et proche de Christoph Blocher, est entré en fonction en mars comme conseiller personnel. Il a rejoint un autre ancien secrétaire général de l'UDC, Gabriel Lüchinger, engagé au printemps 2018. Qui commande chez Parmelin?

Besoin d'indépendance

«Avec l'armée, Guy Parmelin était en territoire connu et très helvétique, note un observateur du Palais fédéral. Avec l'économie, c'est un monde très international qu'il connaît mal». C'est par exemple le monde de la Conférence de Bilderberg qui se tient ces jours à Montreux, où Ueli Maurer est présent, mais pas le chef de l'Economie.

D'aucuns remarquent que le Vaudois ne semble pas le plus heureux de son sort au sein de ce Conseil fédéral remodelé. Saura-t-il retrouver un peu de son indépendance et de sa bonhomie? L'homme Parmelin mérite assurément mieux qu'un dernier rang.

Ton opinion