Hockey sur glace: Guyenet a rejoint un club islandais
Publié

Hockey sur glaceGuyenet a rejoint un club islandais

24 jours après avoir décroché le titre de champion d’Australie, l’ancien capitaine du HC Sierre s’est entendu avec une équipe de Reykjavik.

par
Emmanuel Favre
L'ancien capitaine du HC Sierre tente une nouvelle aventure insulaire.

L'ancien capitaine du HC Sierre tente une nouvelle aventure insulaire.

Keystone

Skautafelag Reykjavíkur Ishokki. C’est quoi, ce truc? Eh bien, tout simplement la nouvelle équipe du plus exotique des hockeyeurs suisses. 24 jours après avoir décroché le titre de champion d’Australie avec les Sydney Bears, le défenseur valaisan Kyllian Guyenet (26 ans) s’est entendu pour un an avec ce club islandais qui évolue forcément en première division de son championnat national. Là-bas, il n’y a qu’une seule ligue. Une ligue qui comprend deux autres formations: Skautafelag Akureyrar et Björninn, l’escouade qui sera de passage à la Laugardalur Ice Arena de Reykjavik mardi à l’occasion de la première ronde du championnat. «On va jouer seize parties de saison régulière, explique Guyenet. A la fin, les deux premiers disputent la finale au meilleur des cinq matches.»

Avant le lever de rideau, l’ex-capitaine du HC Sierre, l’homme qui avait soulevé le trophée de champion de MySports League à Graben le 31 mars dernier, a donc statistiquement 33,3% de chances de conquérir un troisième titre en un an. «Cela serait magnifique, explique-t-il depuis son nouvelle île d’accueil. Mais je ne connais pas la valeur de nos adversaires.» Et celle de son groupe au sein duquel patinent des joueurs nationaux et trois Tchèques? «Disons que c’est un peu moins fort qu’en Australie et que je suis le joueur le plus expérimenté de l’effectif.» L’Islande, qui pointe à 33e place du classement mondial, ne compte de 566 licenciés, dont 395 juniors et 107 femmes. A titre comparatif, selon le recensement effectué par la Fédération internationale (IIHF), la Suisse en a 27’528.

Installé dans la capitale islandaise depuis deux semaines, Kyllian Guyenet ne sera pas rétribué par son nouveau club. «C’est du plaisir, juste du plaisir, coupe-t-il avec enthousiasme. J’ai trouvé un emploi de menuisier pour gagner ma vie et le hockey me permet d’entretenir ma passion pour ce sport.» Ses premières impressions du pays ne font que le conforter dans son choix, un bon choix. «Ici, humainement, c’est un peu comme en Valais. Le premier contact est un peu difficile. Mais une fois que la relation de confiance est créée, c’est solide.»

Il n’y a qu’un élément qui le chicane: «La vie est chère. Mais je vais m’y accommoder. La bière à 15 francs, cela ne sera pas pour tous les jours (rires).»

Votre opinion