Espagne - H&M prévoit plus de 1000 licenciements et la fermeture de 30 magasins
Publié

EspagneH&M prévoit plus de 1000 licenciements et la fermeture de 30 magasins

H&M s’apprête à licencier en Espagne plus d’un millier d’employés qui se trouvaient déjà au chômage partiel en raison de la pandémie, a annoncé mardi un syndicat.

En Espagne, la chaîne de magasins de prêt-à-porter H&M s’apprête à licencier des employés qui se trouvaient au chômage partiel.

En Espagne, la chaîne de magasins de prêt-à-porter H&M s’apprête à licencier des employés qui se trouvaient au chômage partiel.

AFP

Le géant suédois du prêt-à-porter H&M s’apprête à licencier en Espagne plus d’un millier d’employés qui se trouvaient déjà au chômage partiel en raison de la pandémie de Covid-19, a annoncé mardi le syndicat espagnol Commissions ouvrières. Le groupe «a informé aujourd’hui les représentants des salariés du lancement d’un plan de licenciements qui affectera, selon lui, plus de mille personnes» et de la fermeture de trente magasins, a expliqué le syndicat dans un communiqué.

Cette «procédure de licenciement collectif affectera un maximum de 1100 employés», a ensuite confirmé H&M dans un communiqué, précisant que les fermetures de boutiques seraient échelonnées jusqu’à début 2022. Plombé par la pandémie, le groupe a décidé de fermer cette année 350 de ses 5000 magasins dans le monde, et d’en ouvrir 100, afin de s’adapter à la «numérisation croissante» de l’industrie de la mode, où les ventes par Internet ne cessent de croître, explique le communiqué. H&M n’a pas, pour l’instant, annoncé d’autres suppressions d’emplois dans le monde. En Espagne, l’entreprise «donnera la priorité lorsque ce sera possible à des départs volontaires».

Licenciements «injustifiés»

«H&M passe du chômage partiel aux licenciements de manière injustifiée et disproportionnée», a dénoncé Commissions ouvrières. «Même s’il est vrai qu’il a pu se produire un changement dans les habitudes de consommation, cela ne justifie en aucun cas un tel niveau de licenciements, d’autant plus qu’H&M a bénéficié des nouvelles conditions de financement du chômage partiel introduites par le gouvernement durant la pandémie», a poursuivi le syndicat.

L’extension du financement public du chômage partiel a été l’une des principales mesures du gouvernement de gauche de Pedro Sanchez pour limiter l’explosion du chômage provoquée par la crise sanitaire. Son coût est vertigineux pour les finances publiques espagnoles, avec plus de 40 milliards d’euros dépensés depuis le début de la pandémie.

Mais ce financement est assorti d’une interdiction de licencier pour les entreprises pendant six mois, sous peine de devoir rembourser les aides reçues. H&M a vu son bénéfice net annuel divisé par dix en 2020 sous l’effet de la pandémie et a décidé de fermer en 2021, 350 de ses 5000 magasins dans le monde, et d’en ouvrir 100. Malgré la baisse du chiffre d’affaires global, l’entreprise a vu ses ventes en ligne bondir en 2020 (+40% sur un an). Elles ont représenté près d’un tiers des ventes du groupe l’an dernier.

(AFP)

Votre opinion