Hockey sur glace: Haas: «J'ai appris à ne pas être tout le temps au sol»
Publié

Hockey sur glaceHaas: «J'ai appris à ne pas être tout le temps au sol»

Le Biennois des Edmonton Oilers est revenu sur sa première saison en NHL avec, dans la bouche, un petit goût d'inachevé.

par
Sport-Center
Keystone

Le 2 juillet 2019, Gaëtan Haas a signé un contrat d'une année avec les Edmonton Oilers, quelques mois après un excellent championnat du monde. Le champion de Suisse a débarqué dans l'Alberta sans trop savoir où il mettait les pieds.

«En arrivant ici, je ne savais honnêtement pas si je pourrais jouer le moindre match de NHL, nous a-t-il confié pendant sa longue quarantaine qu'il a choisi de passer au Canada. Au final je suis donc content d'avoir pu disputer une soixantaine de matches avec les Oilers.» Après un bref passage d'acclimatation en AHL à Bakersfield (2 matches), Gaëtan Haas est revenu en NHL pour ne plus jamais «redescendre». Preuve de la qualité de ses prestations dans la prestigieuse ligue.

Accepter un rôle

Habitué à avaler les minutes de jeu tant en championnat de Suisse qu'en équipe nationale, l'ancien junior de Bienne a plutôt évolué dans un rôle de quatrième ligne à Edmonton. Il faut dire qu'avec des coéquipiers tels que Connor McDavid ou Leon Draisaitl, la ligne de centre est bien compliquée à intégrer. «Je l'ai accepté en venant ici, c'est sûr. C'est d'ailleurs pour cela que je tire un bilan très positif. Parfois le temps de jeu ne me convenait pas, mais c'est à moi de faire en sorte d'en avoir plus. L'appétit vient en mangeant et parfois j'aimerais bien ne pas jouer qu'à cinq contre cinq.»

En une saison au contact des meilleurs joueurs du monde, Gaëtan Haas a progressé dans de nombreux domaines. Mais c'est surtout d'un point de vue physique qu'il s'estime meilleur.« Ici, tu n'as jamais vraiment le temps de garder le puck, détaille-t-il. Ce n'est pas un jeu qui te permet de patiner un peu partout librement. Lors de mes premiers matches, je me faisais bouger dans tous les sens. J'étais souvent au sol. Mais j'ai commencé à gagner des duels dans les bandes.»

Avenir incertain

Avec cinq buts et cinq assists, le bilan comptable de Gaëtan Haas est très réjouissant. Sur sa ligne de statistiques, un chiffre est moins clinquant: les engagements. Avec 42% de succès dans la spécialité, le Biennois a peiné. «C'était un travail constant durant toute l'année, remarque-t-il. C'est très compliqué ici, car tu peux un petit peu tricher. En Suisse, ce n'est pas possible. Je pense avoir progressé sur la durée de la saison.»

Mentalement aussi, il se sent plus fort. «Tu dois apprendre à relativiser quand tu ne joues pas autant qu'espéré, poursuit-il. Savoir rester calme et attendre sa chance pour prouver au coach qu'il doit te faire jouer plus... Accessoirement, je crois que j'ai aussi progressé en anglais (rires)

Après ce premier exercice encourageant, Gaëtan Haas a forcément envie de prolonger l'aventure outre-Atlantique. Il n'a toutefois signé que pour une année en NHL et ne sait pour l'heure pas de quoi son avenir sera fait. Comme tout le monde d'ailleurs. «La situation est compliquée car on ne sait même pas si cette saison ira à son terme», remarque-t-il.

Actuellement, la NHL est en pause mais les dirigeants semblent vouloir absolument reprendre. Même au cours de l'été. «Au risque de tout décaler la saison suivante?, questionne-t-il. Franchement, je me demande s'il ne serait pas mieux de tirer un trait sur celle-ci et revenir à la normale pour 2020-2021.»

Une saison 2020-2021 avec Gaëtan Haas dans l'effectif de l'une des équipes? «On réfléchira avec mon agent cet été et nous verrons quelles options s'offrent à moi», détaille-t-il. Pour l'heure, il doit patienter devant sa TV. «Le coach physique nous a donné un programme a suivre, remarque l'international suisse. Sinon je pense avoir bientôt fini toute mes séries sur Netflix et j'ai même acheté un jeu vidéo pour jouer à Mario Kart. Bref, on patiente comme on peut.»

En attendant un éventuel retour en Suisse? «J'aurais pu le faire, mais je ne l'ai pas souhaité. Je voulais protéger mes parents, chez qui j'aurais dû revenir, car je n'ai pas d'appartement en Suisse, contrairement à Edmonton.» En espérant y rester la saison prochaine? Gaëtan Haas ne serait en tout cas pas contre.

Grégory Beaud

Votre opinion