Présidentielle: «Haïti est à genoux», estime Jovenel Moïse
Actualisé

Présidentielle«Haïti est à genoux», estime Jovenel Moïse

Le candidat du parti PHTK, choisi par l'ex-président Martely, a remporté 55,6% des voix.

1 / 73
Axes routiers bloqués, rues désertes, activité commerciale au point mort... La capitale d'Haïti, Port-au-Prince, était paralysée lundi au lendemain de violences entre policiers mécontents et militaires. (Lundi 24 février 2020)

Axes routiers bloqués, rues désertes, activité commerciale au point mort... La capitale d'Haïti, Port-au-Prince, était paralysée lundi au lendemain de violences entre policiers mécontents et militaires. (Lundi 24 février 2020)

AFP
Des policiers en colère ont attaqué le QG de l'armée haïtienne à Port-au-Prince dimanche. Ces violences ont fait des morts et des blessés. (23 février 2020)

Des policiers en colère ont attaqué le QG de l'armée haïtienne à Port-au-Prince dimanche. Ces violences ont fait des morts et des blessés. (23 février 2020)

AFP
Le mandat de la totalité des députés haïtiens est arrivé à terme lundi, ce qui confère au président la possibilité de gouverner par décret. (13 janvier 2019)

Le mandat de la totalité des députés haïtiens est arrivé à terme lundi, ce qui confère au président la possibilité de gouverner par décret. (13 janvier 2019)

AFP

Jovenel Moïse a remporté dès le premier tour l'élection présidentielle, a annoncé lundi la commission électorale selon des résultats provisoires. Le candidat du parti du président sortant, Michel Martelly, a appelé les Haïtiens à s'unir pour relever le pays.

«Je fais un appel à la jeunesse du pays, à tous les Haïtiens qui habitent à l'étranger, à tous les professionnels du pays, de s'engager à mes côtés pour mettre le pays debout, car Haïti est à genoux» a déclaré Jovenel Moïse depuis un hôtel de luxe de Port-au-Prince, quelques minutes après l'annonce des résultats.

Le candidat du parti PHTK (Parti haïtien Tet kale) a remporté l'élection présidentielle au premier tour avec 55,67% des voix, selon l'annonce faite lundi par les membres du Conseil électoral provisoire (CEP).

Jude Célestin, du parti Lapeh, arrive deuxième avec 19,52% des suffrages, tandis que Moïse-Jean Charles engrange 11,04% des votes et Maryse Narcisse, candidate de Fanmi Lavalas, 8,99%, selon Uder Antoine, un haut responsable du CEP.

Début d'une carrière politique

A 48 ans, Jovenel Moïse signe avec cette élection le début de sa carrière politique. Entrepreneur agricole, il n'est apparu sur la scène politique haïtienne qu'au printemps 2015, quand Michel Martelly l'a choisi pour représenter son parti PHTK.

Lundi soir, le président du CEP, Léopold Berlanger, a souligné que ces résultats ne sont que préliminaires. La loi permet à tout candidat de contester ces chiffres, mais près de 350'000 voix séparent Jovenel Moïse de Jude Célestin. Après examen des plaintes et verdict des tribunaux électoraux, les résultats définitifs du premier tour de la présidentielle seront publiés le 29 décembre.

Conscients des contestations à venir de ses concurrents, Jovenel Moïse a appelé les 26 autres candidats en lice dans cette élection à travailler avec lui. «Mes frères et soeurs, c'est ensemble que l'on va changer Haïti, c'est ensemble qu'il faut qu'on travaille pour permettre à chaque Haïtien et Haïtienne de vivre mieux», a-t-il ajouté devant les journalistes, entouré des cadres du PHTK.

Divergences

Les membres du CEP ont tardé lundi soir à se présenter devant les médias, signe de tensions quant à la publication de ces résultats préliminaires. Trois des neuf membres du conseil ont refusé de signer la feuille des résultats annonçant la victoire de M. Moïse. Léopold Berlanger n'a pas souhaité commenter cette divergence interne au CEP.

Le scrutin du 20 novembre, qui s'est déroulé sans incident majeur, est une étape indispensable pour permettre au pays de retourner à l'ordre constitutionnel, après l'annulation du premier tour de la présidentielle tenu en octobre 2015.

Vote annulé

L'an dernier, les résultats avaient déjà placé M. Moïse en tête avec 32,76% des voix: classé deuxième avec 25,29%, Jude Célestin avait qualifié ces résultats de «farce ridicule». Une commission électorale indépendante avait conclu que le processus était entaché de «fraudes massives», amenant les autorités à annuler le vote.

M. Martelly, élu président en 2011 et dont le mandat arrivait à terme, n'a de ce fait pas transmis le pouvoir à un successeur élu au suffrage universel. Le parlement a élu en février Jocelerme Privert, alors président du Sénat, au poste de président provisoire.

Reprogrammé pour le 9 octobre, le premier tour de la présidentielle a dû être reporté à cause du passage de l'ouragan Matthew sur le sud du pays le 4 octobre. Cet ouragan dévastateur a fait plus de 540 morts.

(ats/afp)

Votre opinion