Formule 1 - Hamilton et Verstappen risquent la disqualification
Publié

Formule 1Hamilton et Verstappen risquent la disqualification

Lewis Hamilton et Max Verstappen ont enfreint les règles à l’occasion des qualifications du Grand Prix du Brésil. Ils risquent d’être disqualifiés. La décision devrait tomber dans la journée.

par
Luc Domenjoz

Au terme de la séance de qualification d’hier soir, Lewis Hamilton a signé le meilleur temps, devant Max Verstappen. Mais le DRS de sa Mercedes ne respecte pas les dimensions réglementaires, et il risque la disqualification.

Dans la nuit, Max Verstappen a lui aussi été convoqué pour avoir touché l’aileron arrière de sa Red Bull et de la
Mercedes. Lui aussi risque gros.

Décision en fin d’après-midi

Samedi matin à 9h30 (13h30 en Suisse), Max Verstappen a dû répondre d’une convocation devant les commissaires du Grand Prix du Brésil pour avoir touché l’aileron arrière de sa voiture, ainsi que celui de la Mercedes de son rival.

Un peu plus tôt, les commissaires ont découvert que le DRS (pour Drag Réduction System, le système qui permet d’ «ouvrir» les ailerons arrière pour aller plus vite en ligne droite) de la Mercedes W12 de Lewis Hamilton s’ouvrait plus que les 85 millimètres réglementaires. Si le défaut est avéré, le Britannique risque la disqualification. Dans la lutte pour le titre mondial de cette fin de saison 2021, les décisions que les commissaires vont prendre en fin d’après-midi pourraient avoir un impact sérieux. Retour sur les faits.

Aileron non conforme

Vendredi soir, le délégué technique de la Fédération Internationale de l’Automobile (la FIA), Jo Bauer, a envoyé une note aux commissaires sportifs disant que l’aileron arrière de Hamilton n’était pas conforme aux règles.

«L’exigence d’un maximum de 85 mm lorsque le système DRS est déployé conformément à la TD/011-19 (TD pour Technical Directive, une note technique) n’a pas été remplie», disait simplement son message.

L’article 3.6.3 du Règlement Technique de F1 précise en effet que lorsque l’aileron est en position fermée, l’écart entre les deux volets «doit être compris entre 10 mm et 15 mm».

Cependant, avec un DRS ouvert, cette distance entre les éléments doit être «comprise entre 10 mm et 85 mm».
Tout écart supérieur à 85 mm est donc illégal, car il pourrait offrir une vitesse en ligne droite supérieure.

Pour mesurer l’ouverture du DRS, la FIA place un petit disque de 85 mm de large au bout d’un bâton et le pousse à travers l’espace de l’aileron. Si l’écart est supérieur, la FIA juge la voiture illégale, et sa disqualification est automatique.

Jugement complexe

Appelée à s’expliquer, l’écurie Mercedes a sans doute apporté des éléments qui compliquent le jugement des commissaires, puisque celui-ci, après plusieurs heures de débat, a été reporté à cet après-midi. L’aileron est du même design que celui que l’équipe a utilisé toute la saison, et elle n’a probablement pas essayé de contourner les règles du DRS. Il est possible qu’une pièce se soit cassée pendant les qualifications, ce qui aurait pu créer un écart supplémentaire dans le DRS.

Chez Red Bull, on a aussi rencontré de nombreux problèmes avec les ailerons arrière, ces dernières semaines. Hier, Max Verstappen a semblé à nouveau souffrir de problèmes de DRS, son aileron vibrant à l’entrée du virage 1 du circuit d’Interlagos.

Max Verstappen touche sa voiture

Le pilote néerlandais a probablement ressenti ces vibrations, ce qui l’a poussé à inspecter son aileron arrière dans le parc fermé, juste après qu’il l’a arrêté au terme des qualifications. Sur une vidéo, on le voit vérifier des doigts l’écart entre les éléments du DRS de sa RB16B - alors qu’il est interdit de toucher les voitures à ce moment.

De manière plus étonnante encore, Verstappen s’est ensuite dirigé vers la Mercedes d’Hamilton pour effectuer un contrôle similaire. Il s’agit d’une violation des règles (très strictes) qui interdisent à quiconque de toucher les voitures dans le parc fermé - pour éviter de pouvoir modifier une voiture avant sa vérification technique.

L’article 2.5.1 du code sportif de la FIA précise en effet: «Seuls les officiels désignés dans ce but peuvent accéder à l’intérieur du Parc Fermé. Aucune opération, vérification, réglage ou réparation n’est autorisée sans autorisation».

Il ne fait aucun doute que le comportement de Max Verstappen a enfreint ces règles, mais il n’est pas rare que les pilotes observent les machines de leurs rivaux.

Bien qu’il soit peu probable que Max Verstappen ait modifié l’aileron de Lewis Hamilton, le simple fait qu’il l’ait touché rend la situation extrêmement délicate.

Max Verstappen doit expliquer son comportement aux commissaires sportifs lors d’une audition à 9h30 samedi matin (13h30 en Suisse).

Disqualifications possibles

Si les commissaires brésiliens adoptent une approche intransigeante, il n’est pas impossible que les deux pilotes soient exclus des qualifications et doivent alors partir de la course «sprint» de ce soir de la dernière ligne (départ à 20h30, heure suisse).

Le cas de la Mercedes est simple. Si les commissaires sportifs jugent que sa voiture a enfreint les règles techniques, alors il s’agit d’une exclusion automatique. Il pourrait même être exclu de tout le week-end.

Dans le cas de Max Verstappen, l’affaire est plus subjective - car il appartiendra aux quatre commissaires de juger la gravité de l’infraction. Bien que son comportement reste assez anodin, et qu’il soit normalement susceptible de ne lui valoir qu’une simple réprimande - au pire une amende -, le fait qu’il ait touché la partie exacte de la Mercedes faisant l’objet d’une enquête rend la situation plus complexe.

Mercedes pourrait en effet affirmer qu’un simple toucher pourrait avoir délogé une pièce et déclencher la violation des règles du DRS – quoique ce serait une défense légèrement tirée par les cheveux. Comme la tension est maximale entre les écuries Mercedes et Red Bull – avec un seul point les séparant au classement des constructeurs - le moindre incident prend désormais une tournure extrême. Le sport risque d’être bien mis à mal en cette fin de saison.

La décision des commissaires est attendue avant la course sprint de ce soir.

Votre opinion