27.03.2019 à 10:21

Canton de FribourgHandicap: des arrêts de bus seront adaptés

Un crédit de 21,2 millions de francs a été voté par le Grand Conseil fribourgeois afin de rendre plus accessibles les transports publics.

Jean-François Steiert, chef de la Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions, a soutenu le projet.

Jean-François Steiert, chef de la Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions, a soutenu le projet.

Keystone

Le Grand Conseil fribourgeois a voté mercredi un crédit de 21,2 millions de francs pour mettre en conformité 334 arrêts de bus à la loi fédérale sur l’égalité pour les handicapés. L'objectif consiste à rendre plus accessibles les transports publics.

Le crédit a reçu un soutien unanime des députés, qui l'ont accepté par 85 voix sans opposition ni abstention. Le décret, soumis au référendum facultatif, doit offrir davantage d'autonomie aux personnes handicapées, aux aînés et personnes accompagnées d’enfants en poussette dans leur utilisation courante des bus.

L'argent permettra de rehausser les trottoirs aux arrêts et d'élargir leur surface. Les 334 arrêts de bus à adapter nécessitent une ampleur de travaux impliquant des degrés variables d’intervention. En conséquence, les coûts par arrêt oscilleront entre 50’000 et 200’000 francs.

Communes concernées

Au total, Fribourg compte 1456 arrêts de bus, dont 739 sont situés le long des axes cantonaux. Ce qui signifie que 717 arrêts sont de la compétence des communes. La réalisation des travaux dépend de leur bonne volonté, le groupe socialiste les encourageant vivement à s'y atteler.

Le montant global des travaux concernés par le crédit voté par le Grand Conseil porte sur quelque 26,5 millions de francs. La somme revenant à l'Etat résulte de la soustraction de la part de 20% dévolue aux Transports publics fribourgeois (TPF).

Le dossier a été défendu par Jean-François Steiert, chef de la Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions (DAEC). La liste des arrêts a évolué entre les premières discussions et la décision du Grand Conseil mercredi. «Sans remettre en question l'enveloppe budgétaire», a précisé le magistrat socialiste.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!