Australie - Harcèlement sexuel: les élus n’auront plus d’immunité
Publié

AustralieHarcèlement sexuel: les élus n’auront plus d’immunité

Les parlementaires australiens seront désormais soumis à la réglementation sur le harcèlement sexuel au travail, a annoncé jeudi le gouvernement conservateur qui tente d’apaiser la colère de l’opinion après des accusations d’agression sexuelle au Parlement.

Manifestation à Melbourne le 15 mars 2021.

Manifestation à Melbourne le 15 mars 2021.

AFP

Le Premier ministre Scott Morrison a indiqué que son gouvernement réviserait la législation sur la discrimination sexuelle afin que les parlementaires, les magistrats et les fonctionnaires soient tenus responsables du harcèlement de leurs collègues sur le lieu de travail. «Il s’agit de mettre tout le monde sur un pied d’égalité, dans la mesure du possible», a déclaré Scott Morrison à la presse depuis Canberra.

Les parlementaires, les juges et les fonctionnaires bénéficient actuellement d’une immunité en matière de harcèlement sur le lieu de travail même s’ils peuvent faire l’objet de poursuites pénales en cas d’agression sexuelle.

Cette décision fait suite à un rapport intitulé «Respect@Work» (respect au travail) publié l’an dernier à la suite d’une enquête sur le harcèlement sexuel. Elle intervient également quelques semaines après deux affaires retentissantes impliquant deux ministres et qui ont fragilisé l’exécutif.

«Faute grave»

Une ex-employée du gouvernement a affirmé avoir été violée en 2019 par un collègue dans le bureau au Parlement d’une ministre, alors que le principal conseiller juridique du gouvernement a révélé être le ministre accusé du viol en 1988 d’une adolescente avec laquelle il étudiait.

De nombreuses voix dénoncent de longue date la culture sexiste de la classe politique australienne. Michaelia Cash, qui a remplacé la semaine dernière le plus haut responsable juridique du gouvernement, a indiqué que parmi les changements législatifs figurerait le fait que le harcèlement sexuel au travail relèverait désormais de la «faute grave» et serait un motif valable de licenciement. Le gouvernement prévoit également d’étendre la période pendant laquelle une victime peut signaler un incident de six mois à deux ans, a-t-elle ajouté.

Scott Morrison a fait l’objet de vives critiques pour ne pas avoir donné suite aux 55 recommandations faites en janvier 2020 dans le rapport Respect@Work. Le Premier ministre a rejeté ces critiques jeudi, affirmant que son gouvernement s’était déjà engagé à financer plusieurs recommandations qu’il jugeait hautement prioritaires. «L’an passé, nous nous sommes concentrés sur ces besoins très urgents pour protéger les femmes à un moment où elles étaient très vulnérables pendant le Covid», a-t-il souligné, se félicitant de désormais pouvoir «aborder ces problèmes à plus long terme».

(AFP)

Votre opinion