30.08.2017 à 12:40

FootballHaris Seferovic: «Je suis resté le même»

L'avant-centre de la Nati brille avec Benfica, où il est très efficace depuis son arrivée. Mais il assure travailler toujours autant pour l'équipe. Interview.

par
Tim Guillemin, Feusisberg
Le Lucernois de 25 ans a raté de peu d'égaler le record d'Eusebio.

Le Lucernois de 25 ans a raté de peu d'égaler le record d'Eusebio.

Keystone

Il fait un soleil de plomb à Feusisberg, où l'équipe de Suisse s'entraîne depuis lundi. Après avoir enchaîné quelques lourdes frappes sous la barre, Haris Seferovic s'avance vers le bord de la touche. L'avant-centre de la Nati est en confiance: il a marqué lors de chacun de ses quatre premiers matches officiels avec Benfica. Dommage: s'il avait scoré lors du cinquième, il aurait égalé le (très) légendaire Eusebio. Le plus grand joueur de Benfica de tous les temps avait marqué lors de chacun de ses cinq premiers matches, lui. Pas grave. «Sefe» est en forme et le dit.

Haris, votre arrivée à Lisbonne se passe plutôt bien, non?

Vous pouvez le dire, oui! La ville est super, le temps toujours au top. Il fait toujours environ 30 degrés et j'adore ça (rires). Je ne peux pas vraiment me plaindre des conditions de vie hors du football.

Et sur le terrain?

Déjà, je peux dire que je suis arrivé avec le bon état d'esprit. J'avais besoin de changement après Francfort et je suis arrivé à Benfica avec énormément de motivation et un esprit positif. J'ai fait une bonne préparation, j'ai bien travaillé. Et je me suis tout de suite très bien intégré du point de vue du jeu.

En clair?

Il y a une grande différence avec Francfort: notre milieu de terrain est plus offensif, donc je me retrouve plus souvent en situation dangereuse. Il y a tellement de qualité chez nous au milieu, c'est vraiment un régal pour un attaquant. Les passes arrivent et je n'ai plus qu'à les convertir. Le système de jeu me convient vraiment très bien, j'aime combiner avec Jonas, l'autre attaquant.

Mais tout de même: ce n'est pas toujours aussi évident pour un joueur de s'intégrer aussi vite. Qu'est-ce qui a fait la différence dans votre cas précis?

Un mélange de tout ce que je viens de vous dire. Mais je pense que la raison principale tient peut-être dans le système de jeu.

Qu'est-ce qui vous plaît particulièrement à Benfica?

Tout! Vous savez, Benfica est vraiment un très grand club. Tout y est fait pour que le joueur ne pense qu'au football et puisse se concentrer sur le terrain. Il y a beaucoup de passion, je peux le sentir. C'est sympa d'y jouer au football.

Vous faites la Une des journaux, tout le monde vous encense, c'est une vrai «Seferovic-Mania» à Lisbonne actuellement. Vous y êtes sensible?

Les journaux, je ne les lis pas beaucoup, je dois dire. Déjà parce que je ne les comprends pas (rires). Non, franchement, cela ne change rien. Je travaille pour faire de mon mieux et que tout le monde soit content, c'est tout. Ce qui est sûr, c'est que je donne tout, au delà des buts que je marque ou que je ne marque pas. Je pense que les fans le voient.

Du coup, vous arrivez en pleine forme à Feusisberg. C'est bon pour la Nati, ça, non?

J'arrive avec beaucoup de confiance, oui, c'est vrai. Je suis heureux dans ma vie d'homme et de footballeur et je sais désormais que je n'ai pas besoin de beaucoup d'occasions pour marquer. Mais ça ne va rien changer à mon jeu: je vais toujours autant travailler. Parce que je sais que je ne vais pas marquer à chaque match.

Mais vous allez pouvoir transposer avec la Nati cette confiance accumulée en club, non?

J'espère bien! On verra jeudi. Je ne peux rien promettre, sinon que je vais donner le maximum pour l'équipe, comme toujours.

Le Seferovic à 100% impliqué pour l'équipe que l'on connaît ne va pas donc changer?

Non. Je suis resté le même, je travaille toujours autant pour l'équipe. Je n'ai pas changé. Simplement, je suis efficace.

Les semaines à suivre vont être bizarres pour vous: vous allez jouer contre Bâle en Ligue des Champions puis, peu après, le 10 octobre, il y aura ce Portugal-Suisse dans le stade du Benfica, le mythique Estadio de la Luz! Sympa, non?

Oui, ce sera excitant de jouer ces matches. Il devrait y avoir pas mal de Portugais à Bâle, on l'a vu récemment lors de la Coupe horlogère face à Xamax, les Portugais de Suisse savent se mobiliser. Et quelques jours après, ce match à Lisbonne. Je me réjouis de ces moments-là, évidemment.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!