Etats-Unis: Hausse de l'afflux de familles de migrants
Publié

Etats-UnisHausse de l'afflux de familles de migrants

Le nombre de migrants tentant d'entrer illégalement sur le sol américain a bondi, au mois d'août.

1 / 150
Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)

Le Pentagone a accepté une rallonge pour le mur voulu par le président américain à la frontière avec le Mexique. (Jeudi 13 février 2020)

Keystone
Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)

Le républicain Mitt Romney a voté en faveur de la destitution du président américain, mais Donald Trump a été acquitté des accusations à son encontre. (Jeudi 6 février 2020)

Keystone
Le président américain Donald Trump a effectué une visite surprise aux troupes basées en Afghanistan. (Jeudi 28 novembre 2019)

Le président américain Donald Trump a effectué une visite surprise aux troupes basées en Afghanistan. (Jeudi 28 novembre 2019)

AFP

Près de 12'800 familles de migrants ont été arrêtées à la frontière sud des Etats-Unis en août, alors qu'elles tentaient d'entrer illégalement dans le pays. Le chiffre est en hausse de 38% par rapport à juillet, a dit mercredi le ministère de la Sécurité intérieure.

Ces chiffres records pour un mois d'août montrent que «les flux migratoires s'adaptent aux trous dans la législation», estime le ministère, en référence à la volte-face de l'administration de Donald Trump sur le sort à réserver aux familles de migrants.

«Tolérance zéro»

En vertu d'une politique de «tolérance zéro» face à l'immigration clandestine, instaurée début mai, plus de 2300 mineurs ont été séparés de leurs parents après leur traversée de la frontière. Face au tollé provoqué jusque chez les républicains par la détresse d'enfants en pleurs, Donald Trump est finalement revenu sur la mesure et la majorité des familles ont été réunies.

Mais selon le porte-parole du ministère de la Sécurité intérieure, Tyler Houlton, «les trafiquants (...) savent que si une famille entre illégalement sur le sol américain, elle a des chances d'être libérée à l'intérieur du pays et que le ministère est obligé de libérer les familles 20 jours après leur arrestation».

L'administration Trump a annoncé la semaine dernière qu'elle avait l'intention de revenir sur cette règle des 20 jours. De quoi immédiatement susciter une levée de boucliers des défenseurs des droits de l'homme qui ne veulent pas voir des mineurs détenus indéfiniment.

(ats)

Votre opinion