Votations du 25 septembre: Hausse de la TVA: «pour une famille, environ 200 francs de plus par an»

Publié

Votations du 25 septembreHausse de la TVA: «pour une famille, environ 200 francs de plus par an»

Quatre organisations économiques font équipe commune autour des objets en votations le 25 septembre. Le sort de l’AVS vaut bien une augmentation de taxe, estiment-elles.

par
Yannick Weber
Les prix vont prendre l’ascenseur, mais dans des proportions acceptables, selon les faîtières de l’économie.

Les prix vont prendre l’ascenseur, mais dans des proportions acceptables, selon les faîtières de l’économie.

LMS

Elles ont coutume de dénoncer la gauche et ses taxes. Or, ce jeudi, c’étaient bien la droite et les organisations économiques qui sont venues dire tout le bien qu’elles pensaient de l’augmentation de l’une d’elles, payée par tout le monde et au quotidien qui plus est. EconomieSuisse, l’Union suisse des arts et métiers, l’Union patronale et l’Union suisse des paysans ont appelé à accepter la réforme de l’AVS et son financement par la hausse de la TVA.

Une hausse «minimale» aux grands effets

Selon elles, la hausse est «minimale». La taxe sur tous les biens de consommation doit passer de 7,7% à 8,1% et de 2,5% à 2,6% sur les produits alimentaires, «soit 10 centimes sur un achat de 100 francs dans ce dernier cas». Selon les calculs des organisations économiques, «pour une famille de la classe moyenne avec deux enfants, cela représente des dépenses supplémentaires d’environ 200 francs par an».

Ce relèvement est tout juste tolérable même en cas de hausse de l’inflation

Valentin Vogt, président de l’Union patronale

Leur discours prend presque des tonalités de gauche quand ils disent que, ainsi, on aboutirait à une «solidarité intergénérationnelle: tout le monde apporte sa contribution à la pérennité de notre principale assurance sociale».

Pas le moment, pour la gauche

Mais n’est-il pas malvenu de faire augmenter le prix de tout ce qu’on achète alors qu’on s’inquiète en même temps de l’inflation qui s’accélère? La gauche ne se prive d’ailleurs pas de le faire remarquer: «le taux d’inflation attendu pour cette année s’élève à 2,7% et la prochaine hausse des primes-maladie pourrait atteindre 10%, un véritable choc», rappelait le comité opposé à la réforme au moment de lancer sa campagne.

Pour les quatre organisations économiques, cette hausse de la TVA est supportable car très faible. «Ce relèvement est tolérable même en cas de hausse de l’inflation», estime Valentin Vogt, président de l’Union patronale. «D’ici à 2032, la hausse de la TVA rapportera à l’AVS des recettes supplémentaires estimées à 12,4 milliards de francs», informe le Conseil fédéral, qui appelle lui aussi à accepter la réforme.

Un autre impôt à la trappe

Ton opinion

58 commentaires