Actualisé

TransportsHausse des décès liés au rail et à l'aviation en 2012

Quarante-six personnes sont mortes dans des accidents ferroviaires ou d'aéronefs en Suisse l'an passé, contre 29 en 2011, selon le Service d'enquête suisse sur les accidents.

L'accident d'un petit avion de tourisme le 28 avril 2012 avait fait 6 morts près du village de Tatroz (FR).

L'accident d'un petit avion de tourisme le 28 avril 2012 avait fait 6 morts près du village de Tatroz (FR).

Keystone

Davantage de personnes sont décédées dans des accidents liés à l’aviation et au rail l’an dernier. Pour les aéronefs, le total des morts est passé à 22, contre 13 en 2011. Côté chemins de fer, le bilan s’alourdit de 16 à 24 victimes. Le rail a aussi connu une recrudescence du nombre de suicides, selon les chiffres publiés jeudi dans le premier rapport annuel du Service d’enquête suisse sur les accidents (SESA).

L’ensemble des 22 décès liés à des aéronefs immatriculés en Suisse sont à mettre au compte d’appareils de moins de 5,7 tonnes au décollage. Il faut remonter dix ans en arrière pour retrouver un total dépassant 20 morts: 24 en 2003, 50 en 2001.

La majorité en Suisse

L’an dernier, quinze personnes ont péri dans un accident survenu en Suisse contre sept en 2011. Parmi eux figuraient neuf membres d’équipage et six passagers. Trois blessés graves ont été dénombrés, contre dix un an plus tôt.

Les accidents d’avions suisses à l’étranger ont causé la mort de sept personnes (trois en 2011), dont trois membres d’équipage et quatre passagers. Trois personnes ont été grièvement blessées. ll faut ajouter à cette triste liste un mort et un blessé grave lors d’accidents d’appareils immatriculés à l’étranger et survenus sur le territoire helvétique.

En 2012, 47 annonces concernaient des accidents ou des dommages mettant en cause des aéronefs et 232 concernaient des incidents. Dix-neuf enquêtes ont été ouvertes dans le premier cas et 17 dans le second, dont dix «airprox» présentant des risques élevés de collision.

Vingt-neuf événements ont fait l’objet d’enquêtes sommaires, 38 enquêtes ont pu être closes et 25 recommandations de sécurité ont été émises, précise le rapport.

En gare et en dehors

Du côté du rail, neuf décès ont eu lieu en gare (contre sept en 2011 et dix en 2010) et quinze en dehors (respectivement huit et dix-huit). Contrairement aux années précédentes, aucune personne accidentée n’a perdu la vie dans un train ou un tram en 2012, ni en montant ou en descendant.

Le nombre de blessés graves a quant à lui reculé en un an de 30 à 21. L’année 2010 se démarque dans les deux cas avec 33 morts et 76 blessés graves. Les suicides et tentatives de suicide signalés au SESA ont atteint 68 cas cette année-là. Ils ont reculé à 43 en 2011 pour remonter à 59 l’an dernier.

Passages à niveaux

Pour les collisions sur un passage à niveau, 2009 a connu sept décès. En 2012, une personne est morte sur un passage surveillé (comme l’année précédente) mais aucune sur un passage non surveilllé (deux en 2011). Les installations de transports par câble ont de leur côté continué de n’afficher aucun décès.

Le domaine «rail et navigation» a reçu 373 notifications d’accidents ou de mises en danger, dont 300 concernaient les chemins de fer, 19 les bus, douze les installations à câble, deux les bateaux et 40 les tramways.

Des enquêtes concernant des accidents et des situations de danger ont été ouvertes dans 42 cas. Trente recommandations de sécurité ont été publiées et 38 enquêtes ont pu être closes.

Le SESA est né le 1er novembre 2011 du regroupement du le Bureau d’enquête sur les accidents d’aviation et du Service d’enquête sur les accidents des transports publics.

(ats)

Votre opinion