Publié

StatistiqueHausse des demandes d'asile en Suisse

La Suisse a enregistré l'an dernier une hausse des demandes d'asile de 27%. Dans le même temps, le nombre de départs et de cas réglés a également nettement progressé.

Image d'illustration.

Image d'illustration.

Keystone

L'an dernier, 28'631 demandes d'asile ont été déposées en Suisse, ce qui représente une augmentation de 27% par rapport à 2011. Dans le même temps, le nombre de départs et de cas réglés a également nettement progressé, selon les chiffres publiés mardi par l'Office fédéral des migrations (ODM).

Le principal pays de provenance des requérants a été l'Erythrée avec 4407 demandes d'asile. Suivent le Nigéria (2746 demandes), la Tunisie (2239 demandes), la Serbie (1889 demandes), et l'Afghanistan (1386 demandes). La Syrie figure en sixième position avec 1229 demandes.

L'actuelle stratégie de traitement des demandes d'asile qui donne la priorité aux demandes ne nécessitant pas de plus amples clarifications, a eu un impact sur le nombre de personnes ayant obtenu l'asile en 2012 et sur les cas de non-entrée en matière (NEM).

Des 24'941 demandes d'asile réglées en première instance en 2012, 2507 personnes ont obtenu l'asile, contre 3711 l'année précédente, soit une baisse de 32%. Le taux moyen de reconnaissance est de 11,7%. On dénombre par ailleurs 14'008 NEM, soit une augmentation de 44,6% par rapport à l'année précédente.

En dessous de la barre des 30'000

Le nombre de cas réglés en première instance a quant à lui progressé de 28% et le nombre de départs volontaires contrôlés a même crû de 84%. Entre le 1er janvier et le 31 décembre 2012, 13'801 personnes ont quitté la Suisse par voie aérienne après avoir été contrôlées par les autorités. Comparativement à 2011, ce chiffre représente une hausse de plus de 45%.

La barre des 30'000 demandes d'asile pronostiquée il y a quelques mois n'a finalement pas été franchie en 2012, relève l'ODM. Cela s'explique notamment grâce à un recul des demandes émanant de ressortissants des pays balkaniques libérés de l'obligation du visa suite à l'introduction de la procédure de traitement en 48 heures, en août dernier.

(AP)

Votre opinion