Risque de pénurie: Hausse des prix de l’énergie: Berne pourrait soutenir les ménages

Publié

Risque de pénurieHausse des prix de l’énergie: Berne pourrait soutenir les ménages

Le Conseil fédéral examine de près la situation afin de déterminer s’il faut aider les particuliers et les PME, indique Simonetta Sommaruga, qui ne peut exclure de pénurie.

Pour les frais de chauffage,  le gouvernement «observe très attentivement l'évolution afin de déterminer si un soutien est nécessaire pour atténuer les cas de rigueur». 

Pour les frais de chauffage,  le gouvernement «observe très attentivement l'évolution afin de déterminer si un soutien est nécessaire pour atténuer les cas de rigueur». 

20min/Simon Glauser

Pour atténuer les conséquences de la hausse des prix de l’énergie, le Conseil fédéral examine une solution d'aide de l’Etat pour soulager les ménages. Il a ainsi déjà mis en place un groupe de travail, indique Simonetta Sommaruga dans une interview à la «SonntagsZeitung» du jour, qui en a également déjà discuté avec les cantons.

Prochaine ronde tarifaire en automne

La ministre de l’Energie n’a toutefois pas souhaité indiquer la forme de l’aide discutée à Berne. «La prochaine ronde tarifaire pour l’électricité aura lieu à l'automne et nous devrons alors observer de près l'ampleur de l'augmentation des prix de l'électricité pour les particuliers. Et quelles mesures sont éventuellement nécessaires, au moins pour les ménages à bas revenus et pour certaines PME», ajoute-t-elle.

Pour les frais de chauffage, elle indique que le gouvernement «observe très attentivement l'évolution afin de déterminer si un soutien est nécessaire pour atténuer les cas de rigueur». 

Chauffage et électricité garantis, sauf si…

Se voulant rassurante, Simonetta Sommaruga a indiqué que le Conseil fédéral «a tout fait pour qu'il y ait suffisamment de gaz et d'électricité en hiver, et nous sommes en contact étroit avec le secteur, qui est en effet responsable de l'achat».

Mais que se passerait-il si Vladimir Poutine décidait de fermer le robinet de gaz d'un jour à l'autre? La conseillère fédérale reconnaît que, bien que les réservoirs de gaz de toute l'Europe se remplissent maintenant, la situation énergétique s’est encore aggravée avec la guerre en Ukraine. Cela avec «notamment de très fortes fluctuations de prix et, par conséquent, beaucoup d'argent que les entreprises d'électricité doivent trouver pour se couvrir. D’où un risque de manque de liquidités et de réactions en chaîne en Europe.»

«Dans le pire des cas, ajoute-t-elle, on pourrait assister à un incendie généralisé qui toucherait également la Suisse et menacerait notre approvisionnement en électricité.» C'est pourquoi le Conseil fédéral prévoit un plan de sauvetage qu’elle a présenté la semaine dernière. Il vise à réduire les problèmes de liquidités des entreprises d’électricité d'importance systémique, à éviter les faillites et à garantir l’approvisionnement en électricité du pays dans tous les cas.

Boycotter le gaz russe? Pas évident

A la question si la Suisse, pays neutre pourrait boycotter le gaz russe, Simonetta Somarruga répond qu’il ne s’agit pas d'une question de politique de neutralité. La question étant plutôt de savoir «si l'on peut se le permettre en termes de politique énergétique. C'est pourquoi nous devons veiller à nous éloigner du gaz, et aussi du pétrole. La Suisse envoie chaque année 8 milliards de francs à l'étranger à cet effet. Nous ferions mieux d'investir cet argent chez nous.»

Neutralité préservée

Face aux reproches de l’ambassadeur russe à la Suisse d’avoir abandonné sa neutralité en prenant des sanctions et en condamnant les attaques contre la population civile, elle estime que, au vu des violations du droit international et des atrocités infligées aux Ukrainiens, on ne peut rester silencieux.

Et Simonetta Sommaruga de rappeler que les sanctions sont compatibles avec la neutralité. «En fin de compte, l'attaque de la Russie contre l'Ukraine est aussi une attaque contre l'Europe et nos valeurs: nous défendons résolument nos valeurs, la démocratie, les droits de l'homme, la paix et la solidarité», conclut-elle.

Economiesuisse veut subventionner le nucléaire en cas de pénurie

Au vu du risque de pénurie, Economiesuisse souhaite que la Confédération puisse subventionner l'électricité issue du nucléaire en cas d'urgence, rapporte la «NZZ am Sonntag» du jour. L’association faîtière des entreprises estime que les centrales nucléaires sûres existantes, mais dont la rentabilité n’est plus assurée, devraient pouvoir bénéficier du soutien de l'Etat dans le cas où elles sont «indispensables à un approvisionnement fiable en électricité». Elle justifie son appel à Berne par une progression trop lente du développement des énergies renouvelables.

L’arrêt de Mühleberg: «une négligence»

Christophe Mäder, président de l’association estime, par ailleurs que «du point de vue de l'approvisionnement du pays, la décision d'arrêter Mühleberg était une négligence». De son avis, une société d'exploitation ne devrait plus pouvoir prendre seule une décision sur l'arrêt de sa centrale nucléaire en négligeant l'aspect de l'approvisionnement du pays.

(ewe)

Ton opinion

2 commentaires