Genève: Hausse du nombre d'élèves sans moyens supplémentaires

Publié

GenèveHausse du nombre d'élèves sans moyens supplémentaires

Le Département de l’instruction publique n’a pas les ressources suffisantes pour couvrir les besoins inhérents à l’augmentation des effectifs dans les écoles genevoises.

Sur les plus de 78'000 élèves qui iront à l'école lundi, 37'780 sont en primaire, 13'173 au cycle d'orientation et 25'223 dans le secondaire II.

Sur les plus de 78'000 élèves qui iront à l'école lundi, 37'780 sont en primaire, 13'173 au cycle d'orientation et 25'223 dans le secondaire II.

KEYSTONE

Avec 948 élèves de plus dans l'enseignement primaire, le canton de Genève enregistre une nouvelle hausse des effectifs pour la rentrée scolaire de lundi. Le Département de l'instruction publique (DIP) n'a pas obtenu de postes supplémentaires. Les bâtiments sont insuffisants.

Sur les plus de 78'000 élèves qui iront à l'école lundi, 37'780 sont en primaire, 13'173 au cycle d'orientation et 25'223 dans le secondaire II. «Les effectifs prévus pour 2030 seront déjà atteints en 2025», a indiqué mardi devant les médias la conseillère d'Etat Anne Emery-Torracinta, en charge du DIP. Le primaire va continuer à augmenter ces trois prochaines années, ce qui se répercutera sur le secondaire.

Retards dans la construction

Si des solutions ont été trouvées pour la rentrée, le canton doit anticiper la construction de bâtiments du secondaire. Pour illustrer ce point, la magistrate a tenu sa conférence de presse dans une grange à la Goutte de St-Mathieu, dans la commune de Bernex. Le pré qui l'entoure doit accueillir un cycle d'orientation et un bâtiment pour les centres de formation professionnelle dans la santé et le social.

Initialement prévue en 2025, l'ouverture des bâtiments est repoussée à 2028. «Les retards ne sont pas dus à un manque de moyens financiers. Il y a toujours des oppositions», a déploré Mme Emery-Torracinta. La modification de zones du terrain n'a toutefois pas encore été adoptée par le Grand Conseil, ces constructions faisant partie d'un important projet de développement du secteur.

Budgets réalloués

En revanche, les moyens financiers font défaut pour ce qui est des postes. Le DIP n'en a pas obtenus pour faire face à la forte hausse du nombre d'élèves, mais seulement pour combler les départs. Il a supprimé des emplois au secondaire afin de réallouer les budgets dans l'enseignement primaire et spécialisé. Objectif: ne pas augmenter le nombre d'élèves par classe, la moyenne se situant à 19 au primaire.

Si la rentrée au cycle d'orientation se fera dans les mêmes conditions qu'en 2019, le secondaire II devra gérer des effectifs plus importants que prévu en raison de la modification des flux d'élèves liée au Covid-19, comme l'avait indiqué jeudi la magistrate.

«Nous avions de grandes inquiétudes par rapport au nombre de places d'apprentissage, mais la baisse est moins importante que prévu», a encore relevé la conseillère d'Etat. Avec 1736 contrats offerts, le nombre est pour l'heure inférieur de 15% à celui de 2019. Or des contrats peuvent être signés jusqu'à fin novembre.

Accent sur le livre

Le DIP a déjà annoncé les mesures sanitaires qui seront mises en place à la rentrée. Du côté des nouveautés, il reporte l'introduction de l'informatique au collège, faute de moyens. En revanche, un profil «Sciences appliquées» sera proposé dès la 10e année aux élèves de la section langues vivantes et communication. Plus de la moitié des élèves concernés sont inscrits.

Genève veut aussi mettre l'accent sur le livre à l'école, en imposant notamment 15 minutes de lecture quotidienne en silence à tous les membres d'une école. Les expériences menées dans trois établissements du primaire et du secondaire font état d'une amélioration du climat scolaire. Trente établissements ont déjà fait part de leur intérêt pour ce programme dès la rentrée.

(ATS/NXP)

Ton opinion