Wingsuit: Haute voltige entre un aigle et la femme oiseau
Publié

WingsuitHaute voltige entre un aigle et la femme oiseau

Hier, Géraldine Fasnacht s'est élancée aux côtés d'un rapace. Objectif: analyser le vol de l'aigle.

par
Fabien Feissli

Un dénivelé de 1500 mètres pour une première mondiale. Hier matin, la wingsuiteuse Géraldine Fasnacht s'est élancée du sommet du Brévent, face au massif du Mont-Blanc (F). A ses côtés, un pygargue à queue blanche, le plus grand aigle pêcheur d'Europe. «Ils se sont suivis au début, l'oiseau était curieux. Et quand elle a ouvert son parachute, il a piqué vers le sol», raconte Jacques-Olivier Travers, le fauconnier fondateur de l'ONG Freedom Conservation.

«Le moment où il a déployé ses ailes était génial», s'enthousiasme Géraldine Fasnacht. Elle décrit pourtant un petit coup de stress avant de prendre son envol. «Ma plus grande crainte, c'était qu'il ait peur de moi et de ma combinaison rose blanche», détaille-t-elle.

Une collaboration d'un an

Mais finalement, tout s'est bien passé. Avec des pointes à plus de 100 km/h, le rapace a rejoint le plancher des vaches quelques secondes avant la Valaisanne. «C'est super-encourageant, on va pouvoir travailler sur des bases saines et continuer à s'habituer l'un à l'autre», souligne-t-elle. Car le projet ne fait que commencer et doit durer un an. «L'homme s'est toujours inspiré de la nature donc on espère qu'en observant comment l'aigle vole, Géraldine pourra améliorer le wingsuit», explique Ronald Menzel, directeur de Freedom Conservation. La collaboration permettra également d'obtenir des mesures stables sur les performances du pygargue à queue blanche. Les deux oiseaux s'élanceront pour leur prochain vol en 2016.

Conservation

Votre opinion