Football: Henchoz est le No 1 des coaches menacés
Publié

FootballHenchoz est le No 1 des coaches menacés

A la question de savoir qui sera le premier entraîneur viré, les internautes du «Matin.ch» ont désigné le nouveau coach du FC Sion. Les deux Magnin, Joël (Xamax) et Ludovic (Zurich), complètent le podium.

par
N.JR
Pour beaucoup, Stéphane Henchoz est le coach le plus exposé du championnat à venir. Le fait d'entraîner le FC Sion n'est certainement pas étranger au vote des internautes.

Pour beaucoup, Stéphane Henchoz est le coach le plus exposé du championnat à venir. Le fait d'entraîner le FC Sion n'est certainement pas étranger au vote des internautes.

Keystone

A moins d’une semaine de la reprise, tous les clubs de Super League profiteront de ce dernier week-end pour peaufiner leurs préparations. Pour les dix entraîneurs concernés, c’est aussi le moment des ultimes réglages. Tous espèrent avoir trouvé la bonne combinaison, sinon s’en être approchés. Car en cas d’échec, si les résultats espérés ne devaient pas suivre, tous savent pertinemment qu’ils risquent très gros, avec la possibilité au bout du compte d’être viré.

A cet égard, compte tenu de l’impatience des dirigeants, combien parmi ces 10 techniciens présents sur la ligne de départ termineront-ils la saison 2019-2020? Lors de l’exercice écoulé, on avait assisté à pas moins de sept changements de banc dans l’élite helvétique – Raphaël Wicky avait inauguré le carrousel des entraîneurs en ne survivant pas à la défaite initiale du FC Bâle, battu 2-1 par Saint-Gall lors de la première journée.

Une année plus tôt, Carlos Bernegger avait été le premier à perdre sa place le 24 août 2017 pour être remplacé par Murat Yakin sur le banc de Grasshopper. Le 22 octobre de la même année, Paolo Tramezzani avait fait les frais du nul concédé par le FC Sion à Lugano (2-2). L’entraîneur italien de Tourbillon avait alors été remplacé par l’Espagnol Gabri, dont le règne n’avait pas excédé huit matches de championnat.

Qu’en sera-t-il cette fois-ci? Si les candidats au siège éjectable ne manquent pas, certains vont entamer la nouvelle saison avec un handicap, lié souvent à la réputation du club qu’ils entraînent. C’est notamment le cas de Stéphane Henchoz, que les internautes du «Matin.ch» ont désigné comme favori au titre peu enviable de premier entraîneur viré.

Dans le cas présent, c’est sans doute davantage la réputation de Christian Constantin, dont le «palmarès» de président-coupeur de tête comprend plusieurs dizaines de victimes (personne ne sait au juste précisément combien…), qui a pesé à l’heure du choix. Ce n’est donc nullement une surprise de voir le FC Sion propulsé en tête de ce classement particulier. L’ancien entraîneur à succès de NE Xamax a obtenu 600 suffrages. Mais si le club de Tourbillon entendait miser sur la stabilité, son président pourrait cette fois laisser travailler l'ancien défenseur de Liverpool dans la durée, au-delà des résultats et du seul verdict que représente habituellement le toto-mat.

La périlleuse mission de Joël Magnin

Dans notre sondage, Henchoz est suivi de son successeur à la Maladière, Joël Magnin, confronté à une très délicate mission sur le banc de NE Xamax. Sans expérience du haut niveau, l’ancien coach des espoirs du stade de Suisse (YB M21) devra rapidement faire ses preuves en trouvant le bon amalgame entre éléments expérimentés (Walthert, Djuric, Doudin, Nuzzolo) et plus jeunes talents (Seydoux, Sylvestre, Seferi, etc.). L’autre Magnin du championnat, Ludovic en l’occurrence, s’impose comme le troisième technicien le plus exposé.

Après avoir sauvé sa place cet été (Patrick Rahmen était pressenti pour le remplacer) et obtenu, par effet ricochet, le départ du directeur sportif Marco Streller à Bâle, Marcel Koller échoue au pied du podium avec 13% des voix. Sa première mission sera déjà de passer l’obstacle constitué par le PSV Eindhoven dans les éliminatoires de la Ligue des champions (2e tour qualificatif).

Seoane, coach le plus peinard

Derrière ce quatuor détaché, les voix s’éparpillent considérablement. Au moment où Servette a fêté son retour en Super League, Alain Geiger devrait vivre une deuxième saison tranquille sur le banc «grenat». Selon vous, ni Peter Zeidler ni Marc Schneider ne devraient avoir de soucis non plus et craindre pour leur place.

Quant à Gerardo Seoane, l’heureux coach d’YB, double champion de Suisse en titre, il se retrouve pour une fois bon dernier. Vous n’êtes qu’un pour cent à l’imaginer dans le rôle d’un entraîneur remercié.

Votre opinion