Publié

TennisHenri Laaksonen éliminé des Swiss Indoors

Le joueur schaffhousois a été battu en trois sets (6-3 3-6 6-2) mardi par l'Espagnol Marcel Granollers.

Henri Laaksonen n'a pas réussi à passer le premier tour.

Henri Laaksonen n'a pas réussi à passer le premier tour.

PPR/Kurt Schorrer, Keystone

Malgré une réelle bravoure, Henri Laaksonen n'y arrive toujours pas. Le Schaffhousois s'est incliné pour la quatrième fois d'entrée de jeu à Bâle, où il n'a encore jamais gagné un match.

Après Paul-Henri Mathieu en 2012, Juan-Martin Del Potro en 2013 et Donald Young l'an dernier, Henri Laaksonen a été battu 6-3 3-6 6-2 par Marcel Granollers (ATP 39). Quart de finaliste à Monte-Carlo et huitième de finaliste à Roland-Garros où il avait bénéficié du forfait de Rafael Nadal, le Catalan a connu une belle année, celle de ses 30 ans, qui lui a permis de retrouver sa place dans le top 50 de l'ATP.

«J'avais pourtant beaucoup travaillé»

La place de Henri Laaksonen se situe toujours au-delà du top 100. Arrivé à Bâle avec le meilleur classement de sa carrière - 134e -, le Schaffhousois a payé un lourd tribut dans ce premier tour à son manque de tranchant au service. Avec seulement 46 % de réussite en première balle pour 2 aces et 5 doubles fautes, il fut une proie trop facile pour un joueur aussi expérimenté que Granollers. Le Catalan a signé le break d'entrée de jeu aux premier et troisième sets pour signer, malgré quelques belles séquences de son adversaire, une victoire qui ne souffre aucune discussion.

«Elle est bien là la différence, souligne Henri Laaksonen. J'avais pourtant beaucoup travaillé mon service ces derniers jours...» Après cette défaite, le Schaffhousois est désormais forcé d'admettre que l'objectif assigné en début d'année - entrer dans le club 100 de l'ATP -, ne sera pas atteint. A moins d'enchaîner les titres, les quatre Challengers qu'il va jouer aux Etats-Unis ne lui permettront pas de cueillir tous les points dont il a besoin. «Pour 2017, l'objectif demeure le même», glisse-t-il. Ce n'est pas à 24 ans qu'il entend baisser les bras dans un sport qui sourit de plus en plus aux joueurs «matures». Toujours aidé par Swiss Tennis, le Schaffhousois a vraiment les moyens de ses ambitions. Mais sa vie serait bien plus simple s'il pouvait claquer davantage des premières balles.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!