Football: Hoarau: «Même sans public, j’ai ressenti son énergie»
Publié

FootballHoarau: «Même sans public, j’ai ressenti son énergie»

De retour au Wankdorf, l’ancien buteur d’YB a vécu un dimanche très particulier. Il se dit convaincu que Sion possède les ressources pour sortir de sa spirale négative…

par
Nicolas Jacquier, Berne
Guillaume Hoarau n’a pas manqué de saluer ses anciens coéquipiers.

Guillaume Hoarau n’a pas manqué de saluer ses anciens coéquipiers.

Freshfocus

Depuis son arrivée en Valais l’automne passé, Guillaume Hoarau (36 ans) savait que son retour au Wankdorf, l’instant venu, serait forcément un moment particulier, riche en émotions. Peut-être le redoutait-il même. On ne peut pas avoir vécu six années - dont quatre de succès - avec Young Boys et fêté autant de trophées (trois titres de champion consécutifs et une Coupe de Suisse) sans ressentir un manque, conséquence d’une déchirure, d’une séparation avec ce public qu’il adorait et le lui rendait bien.

Alors oui, Hoarau a serré beaucoup de mains amies dans les rangs bernois ce dimanche après-midi mais l’absence du public a évidemment quelque peu gâché ses retrouvailles. «S’il y avait eu des spectateurs, convenait le nouvel attaquant du FC Sion, j’aurais eu droit à une petite ovation. Mais même sans public, j’ai ressenti son énergie…» En 188 matches sous les couleurs d’YB, Hoarau avait claqué 118 buts et offert 36 passes décisives.

«Il faut encore mûrir…»

Son bilan sédunois est pour l’instant beaucoup plus modeste. Entré à vingt minutes du terme en remplacement de Karlen, le géant réunionnais n’a pu empêcher une nouvelle défaite valaisanne à Berne (la 32e, en championnat depuis l’été 1996). À l’entame des arrêts de jeu, Hoarau s’était pourtant créé une belle occasion (tir en pivot des 18 m) mais Von Ballmoos, auteur d’une superbe détente en la circonstance, devait refuser à son ancien coéquipier d’ouvrir son nouveau compteur et d’offrir un point inespéré aux visiteurs. «Pour une équipe qui souffre comme nous, estimait Hoarau peu après le coup de sifflet final, on a plutôt livré une bonne prestation. On ne peut pas sortir de beaux matches…»

Sous la menace aujourd’hui d’un retour de Vaduz, Sion doit aussi composer avec le FC Lucerne, qui n’a pas encore joué en 2021 et compte trois matches - et points - de retard sur les Valaisans. Une situation sportive délicate qui n’a pas l’air d’effrayer le No 99 de Tourbillon. «Il faut prendre du recul lorsque l’on gagne, et travailler encore plus quand on perd. Je suis convaincu que l’on possède les ressources. Il faut encore mûrir…»

Expérience précieuse

Si Hoarau, en raison de son profil, n’entre pas véritablement dans les plans du coach (qui lui préfère des éléments plus véloces), Fabio Grosso a cependant apprécié ce que son remplaçant avait pu apporter à l’équipe. «Avoir été blessé aussi longtemps et revenir comme il l’a fait, ce n’était pas facile pour lui… Quand Guillaume est sur le terrain, on voit ce que cela change aussi, son expérience est précieuse.» Mais elle n’a pas suffi à gommer les cadeaux à nouveau offerts en première période…

Dès mercredi, à l’occasion de la réception de Saint-Gall, Sion devra retrouver la clé du succès pour ne pas se mettre à trop gamberger. Et si le déclic du plaisir venait de Hoarau lui-même?

Votre opinion